Marika Payet
4 juin 2014 - DowntownNo Comment   //   3091 Views   //   N°: 53

Plus connue comme architecte d’intérieur et décoratrice à travers l’agence Studio B Architecture et M. Design, Marika Payet se décrit elle-même comme une touche à tout éternellement en mouvement. Danseuse, comédienne, chanteuse, c’est toutefois à Nosy Be qu’elle a ses véritables bases. Ses bons plans.

Votre table préférée ?
Pour déjeuner à Hell-Ville, il y a Le Papillon, un excellent restaurant tenu par un Italien. Il importe pas mal de produits de chez lui. Dans un autre quartier, sur le bord de la plage, il y a aussi le Batumoch, ses desserts sont extraordinaires.

Pour vider un verre ?
Le Nandipo, un bar tenu cette fois par un Espagnol, qui fait un petit peu bodega. Le lieu idéal pour décompresser quand on a fini de travailler. Il y a aussi Senga, un adorable petit bar de plage à Madirokely, tenu par Caroline. Un endroit familial où se retrouver pour le coucher de soleil les pieds dans le sable avec de la bonne musique.

Un club pour aller danser ?
A Nosy Be, on préfère les petits bals poussière avec des groupes locaux qui jouent en live et acoustique. Ca nous permet de danser sur de la musique traditionnelle malgache, parfois fusionnée avec du jazz. À la maison, avec les enfants, ce sont plutôt des soirées funk, jazz, groove.

Une boutique pour le shopping ?

 

Une amie a monté une petite boîte à Nosy Be qui s’appelle Des fripes et vous. Elle ne prend que des marques et les recustomise, les recoud, les arrange. Sinon c’est au petit bonheur la chance, quand je vois quelque chose qui me plaît, je m’arrête.

 

Un coin pour s’évader ?
J’ai eu la chance de passer une dizaine d’années en mer sur un voilier. Alors dès qu’on peut, on part entre amis ou en famille dans les îles des Radama, un archipel au sud. Là-bas, on est loin de tout.

Vos loisirs les plus constants ?
Le chant, la danse et la voile, sans ordre particulier, mais je peux aussi faire les trois à la fois (rires).

Votre actualité ?
Comme notre petite fille rentre en cinquième et désire aller au lycée d’Antananarivo, on sera plus présents dans la capitale à partir de la fin juillet, mais on fera des allers-retours avec l’île aux Parfums.

Propos recueillis par #JoroAndrianasolo

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]