En ville avec Eric Manana
8 juin 2015 - DowntownNo Comment   //   3494 Views   //   N°: 65

De passage au pays avec la violoniste allemande Jenny Fuhr, le compositeur, guitariste et chanteur Erick Manana en a tout naturellement profité pour se replonger dans les ambiances de Tana. Ses bons plans sorties dans la capitale et ailleurs. 

Ton resto préféré ?
À chacun de mes passages au pays, j’aime bien déguster des petits plats dans les hotely gasy. Tout y est bon, avec la cuisson au feu de bois dans les marmites de fabrication locale. J’aime aussi l’ambiance des petits restos où tout le monde parle à voix haute, avec la radio à fond.

Ta boisson préférée ?
Mise à part l’eau minérale je déguste de temps en temps les petits rhums arrangés proposés ici 

et là. J’affectionne particulièrement le rhum arrangé au gingembre.

Un club pour finir la soirée ?
Je ne suis pas vraiment un noctambule. Mais pour terminer une soirée de concert par exemple, je préfère rester sur place avec mon équipe, les organisateurs, la famille et les amis, autour d’un verre. En plus, par les temps qui courent, il n’est pas très prudent de sortir le soir, raison de sécurité.

Côté loisirs ?
Je suis un ancien athlète. J’ai été connu comme champion national de saut en longueur avant d’être un chanteur. Et aujourd’hui, j’essaie de me réconcilier avec ma vielle passion qui est le sport : je fais du basket, du volley. À part cela, j’aime découvrir des livres, des films et de la musique.

Côté shopping ?
À chaque fois que je passe à Tana, je me rends au marché de Petite Vitesse. C’est le seul endroit où l’on peut dénicher des cassettes de hira gasy, des chants folkloriques. Mais je fais aussi mes emplettes à Analakely. Je ne vais dans les supermarchés que s’il y a des choses que je ne trouve nulle part ailleurs.

Le coin idéal pour faire un break ?
Mes parents sont de Manjakandriana. C’est le meilleur endroit pour moi pour me ressourcer. J’aime bien m’y rendre et je le fais aussi souvent que je le peux. Mais j’aime aussi Mahajanga.

L’événement culturel qui t’a le plus marqué ?
C’est indéniablement mon premier Olympia, à Paris, il y a six ans. Comme pour tout artiste, c’est un grand privilège de pouvoir se produire sur cette scène mythique. J’ai connu le succès de l’Olympia deux fois de suite. Cela ouvre beaucoup de portes en Europe et dans le monde.

Ton actu ?
Je vais enregistrer mon prochain album en France et je poursuivrai ma tournée internationale. Je serai évidemment sur quelques scènes françaises et européennes avant d’aller aux Etats-Unis et au Canada. Je vais également sortir des morceaux composés avec Dama.

Propos recueillis par #HildaHasinjo

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]