Droits des consommateurs : Une loi mais toujours pas d’application
1 juin 2017 - Tribune commentaires   //   456 Views   //   N°: 89

Les opinions exprimées dans cette page n’engagent que leurs auteurs. no comment® se désolidarise de tout contenu politique ou religieux, sectaire ou partisan.

À Madagascar on consomme un peu de tout et n’importe quoi ! L’anarchie règne sur les marchés avec les arnaques, les fraudes et les intermédiaires informels. Quant aux droits des consommateurs, ils sont tout autant méconnus des commerçants et des opérateurs en tout genre que délaissés par les Autorités.

Les huit droits des consommateurs à Madagascar

- Droit à la sécurité
- Droit à l’information
- Droit au choix
- Droit d’être entendu
- Droit à l’éducation du consommateur

- Droit à la réparation des torts
- Droit d’accès aux biens et services de base
- Droit à un environnement sain

À Madagascar, les consommateurs subissent en silence de nombreuses exactions et d’infractions flagrantes. Sur les marchés, les produits périmés ou contrefaçon ne se cachent même pas. Les escroqueries dans les ventes en ligne battent leur plein et on assiste à la prolifération du secteur informel, sans oublier la concurrence déloyale, la spéculation ou encore la hausse inexpliquée des prix. Les usagers des transports publics se replient sur eux-mêmes, ils n’ont plus rien à espérer ni des pouvoirs publics ni des autorités communales.

Pourtant, il existe bel et bien une loi sur la protection des consommateurs. Elle régit huit droits spécifiques : droits à la sécurité, à l’information, au choix, d’être entendu, à l’éducation du consommateur, à la réparation des torts, aux biens et services de base, à un environnement sain.

Des droits que la plupart des gens ne connaissent pas parce que d’un côté, ils ne cherchent pas à savoir et de l’autre, il n’y a pas assez d’initiatives de la part des institutions pour les faire respecter et seulement les faire connaître. Les consommateurs ne réagissent que lorsque cela touche de près leur vie quotidienne, en cas de hausse des prix du transport ou d’intoxication alimentaire par exemple.

Les consommateurs constituent le groupe économique le moins entendu parce que la loi sur la garantie et la protection des consommateurs – N° 2015-014 – n’a été promulguée qu’en 2015 après quinze ans de préparation. Alors que cela fait maintenant 32 ans que Madagascar a ratifié le droit à la protection des consommateurs. Aujourd’hui, le décret d’application de cette loi tarde à venir, et même une autre loi de remplacement pourrait encore être promulguée après des années sans décret.

Pourtant, avec un décret, l’application de loi permettrait de mieux informer la population sur ses droits. Cela apporterait une meilleure qualité des produits et services. Les consommateurs seraient plus exigeants et les commerçants ainsi que les opérateurs plus professionnels, à défaut d’avoir de lourdes sanctions. Cela conduirait à un environnement économique plus sain dans lequel chaque citoyen évoluerait sans la peur de se faire arnaquer, de consommer des produits toxiques ou de subir des augmentations de prix fantaisistes. Le pouvoir appartient à ceux qui savent.

Tiana Rabarison
Président Fimzompam

Créée en 2000, l’association de défenseurs des droits des consommateurs Fimzompam mise sur les outils technologiques pour faire valoir les droits des consommateurs. Elle utilise les réseaux sociaux notamment Facebook pour informer, recueillir les plaintes et prodiguer des conseils. Fimzompam reste à l’écoute de ses plus de 2 000 adhérents, une mobilisation virtuelle qu’elle espère efficace pour son travail de lobbying. Son bureau est au sein du Bureau des normes de Madagascar à Soarano.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer