Censuré…
7 janvier 2016 - Tribune commentaires   //   2262 Views   //   N°: 72

T’es rock coco ! 

En tant que producteurs du groupe de punk rock malgache The Dizzy Brains, nous ne pouvons que nous réjouir de l’opportunité qu’a constituée pour lui sa participation aux dernières Rencontres Trans Musicales de Rennes, le 4 décembre dernier. 

Tout ce qui contribue à faire connaître le rock gasy à l’extérieur a notre soutien, même s’il s’agissait encore d’un de ces festivals de variétés un peu bobo, un peu prout-prout, où les caisses enregistreuses des boîtes de prod, comme d’habitude, trouvent surtout à s’affoler… Cependant, c’est avec une réelle fierté – pour avoir été largement des pionniers en ce domaine – que nous avons pu constater combien le clip Vangy, produit par no comment éditions en 2013, faisait et continue à faire parler de lui sur la Toile et dans les médias français. Vangy qui depuis ne cesse d’apparaître comme le « titre phare » des Dizzy Brains, faute sans doute d’avoir autre chose à nous mettre sous la dent…

Vangy qui a même été repris récemment dans un mini-album produit par Libertalia-Music et X Ray Production, bien entendu sous le titre générique de Vangy. Vangy, précisons-le, qui a été écrit et composé spécialement pour l’album Môla Kely produit en 2013 par no comment éditions.

Son auteur, le guitariste Haridio Randriamanantsoa, a d’ailleurs été « remercié » depuis, de même que l’ancien batteur, car « pas le niveau » à en croire le nouveau coaching tout droit débarqué de La Réunion, à l’origine de ce replâtrage ! Et pour quel résultat ?

Un groupe de rock FM complètement aseptisé et surjoué, qui n’a décidément de punk que ce titre Vangy que le public continue à lui demander, encore et encore !

Là, nous passons rapidement sur certaines pratiques pour le moins peu professionnelles qui ont consisté notamment à se servir du clip Vangy de no comment éditions pour faire la promotion du mini-album de Libertalia et X Ray Production (sur TV5 Monde notamment). Bien sûr, en s’asseyant sur les droits de reproduction auxquels nous prétendons en tant que propriétaires de l’œuvre enregistrée.

Et si encore tout cela avait profité à Madagascar. Hélas pas ! Car pour mieux vendre l’image d’un « groupe du tiers-monde rebelle », on est allé jusqu’à faire accroire qu’une véritable « censure » s’exerçait sur lui…tellement plus accrocheur, coco !

Une affirmation totalement irresponsable que n’a pourtant pas manqué de reprendre le quotidien Ouest France dans son édition du 4 décembre 2015, en titrant : « Censurés à Madagascar, The Dizzy Brains en liberté aux TransMusicales. » Même délire dans l’Express de France du 20 décembre : « A Madagascar, leurs hymnes punk, nourris de frustrations et de références sexuelles, sont censurés à la radio. »

Si les auteurs de ces articles avaient fait leur travail de journalistes, autrement dit recoupé leurs informations, ils se seraient aperçus qu’il n’y a pas de « censure » à Madagascar depuis au moins 30 ans ! C’est une injure à la jeune démocratie malgache que de prétendre le contraire.

Pour info, à la sortie de l’album Môla Kely, les Dizzy Brains ont eu droit un certain nombre d’articles de presse et ont été invités, entre autres, par Viva Radio (10 mai 2014), Viva TV (11 mai) et TV Record (15 mai), sans parler évidemment de la RLI FM 106 by no comment qui les a encore reçus juste avant leur départ pour Rennes !

Si certains médias n’ont pas souhaité donner échos aux Dizzy Brains, c’est uniquement au motif que leur musique n’entrait pas dans leur programmation : tout le monde ne peut pas aimer le punk rock !

Et pour terminer, cette réaction à chaud d’une responsable d’une radio de la capitale : « Je n’ai jamais entendu parler de ce groupe avant cette info, comment peut-on censurer quelque chose dont on ne connaît même pas l’existence ? Cette histoire de censure, c’est du n’importe quoi ! » Non, ce n’est pas du n’importe quoi, c’est du mercantilisme. Le contraire de la musique.  

L’album original Môla kely produit par no comment® éditions en mai 2014, avec la formation initiale.

Les producteurs 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer