Sairy Malagasycar : Ils aiment quand tsapiky
17 mars 2020 - Cultures commentaires   //   274 Views   //   N°: 122

Grâce à une fuite d’un de leur titre, le trio a pu se faire inviter à la troisième édition du festival Art & union en mai dernier à La Réunion. un étonnant concept de world où le bon vieux tsapiky du Sud fusionne aux rythmes urbains.

Andrianiko ny teniko, ny an’ny hafa koa feheziko : ma langue je la fais souveraine, et celles des autres je les maîtrise. Ce vieux proverbe a clairement inspiré Tsiry (chanteur), Felly (concepteur rythmique (beatmaker) et Nodo (soliste), les membres du groupe Sairy Malagasycar ; ils lui doivent leur conception quasi œcuménique de la musique. « En mixant le traditionnel et le moderne, nous voulons faire en sorte que chaque génération s’y retrouve. »

Sairy est issu du mot sahiry qui signifie « artiste » dans le dialecte du Sud, alors que Malagasycar est un curieux mélange de Malagasy et de Madagascar, artistes doublement malgaches en somme. Fondé officiellement en février 2018, l’histoire du groupe remonte en réalité à bien plus longtemps. Tout commence par la rencontre entre Tsiry et Nodo aux Vakok’arts à Toliara en 2014. Le premier a débuté son incursion dans le monde de la musique en intégrant une chorale à l’âge de 10 ans, puis en animant des cabarets à Toliara pour ensuite intégrer les groupes Boendy et Raoky, après avoir suivi des cours de saxo à l’âge de 17 ans. Nodo, quant à lui, a commencé en jouant de la mandoliny traditionnelle dans les ruelles, puis dans des groupes de renom comme Rasoa Kininiky et Tirike.

En 2018, Tsiry se retrouve à travailler avec le label Feomenal donc avec Felly, l’un des créateurs du label avec le rappeur réunionnais Tirok en 2015. Des talents très complémentaires : Felly est, pour sa part, dans la musique urbaine depuis l’âge de 18 ans, ayant collaboré avec des pointures comme Shyn. Et Sairy Malagasycar voit le jour. « Chacun a sa spécialité. Au début, on voulait juste fusionner nos styles respectifs. Puis nous avons eu envie de partager notre travail, de faire connaître notre culture. »

C’est à travers le titre Kakoule Sairy, sorti en août dernier, que le public malgache a réellement pu apprécier la signature musicale du trio. Un single chanté en dialecte du Sud, qui avait fuité accidentellement sur la Toile. « Nous avons été obligés de le sortir prématurément à cause de cette fuite et nous avons été vraiment surpris par l’accueil du public. » Et c’est grâce à ce titre qu’ils seront invités au festival Art & Union. Comme quoi le monde est bien fait ! Dans les mois à venir, ils prévoient de sortir cinq nouveaux singles. Restez connectés !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer