Le Carnivore : S’en payer une bonne tranche
23 février 2012 - SortiesNo Comment   //   1579 Views   //   N°: 25

Le Carnivore est le premier resto-grill où toutes sortes de viandes, y compris le crocodile, vous sont servies à volonté sur des brochettes géantes. Une formule inspirée de la « churascaia » brésilienne et importée du Kenya… 

Sur un barbecue digne de Pantagruel rôtissent d’impressionnantes brochettes de boeuf, de poulet, d’agneau, de porc, voire de crocodile. Un petit drapeau est planté sur votre table et tant qu’il est levé, les serveurs en tabliers noirs ne se lassent pas de vous en découper de fines tranches dans l’assiette. Le tout à volonté, jusqu’à ce que votre estomac demande grâce et que vous abaissiez le drapeau pour signifier la fin des « hostilités ».

Ouvert depuis le 24 novembre 2011, le Carnivore à Ambatonakanga est ainsi le premier « restaurant à viande » de Tana. Ses propriétaires, Bati et Regina Nesa, l’ont conçu sur le modèle des fameuses churascaias brésiliennes, ces établissements passés maîtres dans l’art du barbecue qui se développent un peu partout dans le monde. Ils se sont plus particulièrement inspirés du Carnivore de Nairobi, sans doute le resto-grill le plus coté de la capitale kenyane. Ils sont allés jusqu’à recruter un maître du barbecue, David Obonyo, pour les aider à acclimater le concept à Madagascar.

« J’ai passé cinq ans à présenter à Nairobi les merveilles qu’on peut faire avec la viande et maintenant je veux transmettre ce savoir-faire aux Malgaches », explique-t-il. Son ambition : « Que les gens mangent bien, beaucoup et soient satisfaits au moment de régler l’addition ». Pari gagné avec, du début à la fin, une sélection pointilleuse des viandes, une marinade parfaite, un découpage chirurgical des tranches et un service impeccable. Chaque viande est accompagnée de sa sauce (refaite chaque matin) : à la menthe pour le gigot d’agneau, cannelle et litchi pour le porc, ketchup maison pour le poulet et le crocodile. Sans oublier les vins, pas moins de 25 références, y compris des Saint-émilions.

« Nous suivons des normes de qualité très exigeantes. Nous sommes très à cheval là-dessus : plutôt ne rien servir que d’offrir une viande non garantie », fait valoir Bati. Aux côtés de « Maître » David s’activent Niry Lalaina Eric Rajoanera, le pâtissier responsable des desserts, et Henri-José Solovololona, chargé des entrées, des accompagnements et des garnitures. Tous deux ont également appris l’art délicat de la découpe, avec l’assistance d’un autre Kenyan, Vincent Owino. « La découpe est tout aussi importante que le choix de la viande pour qu’elle soit agréable et fondante dans l’assiette », estime ce dernier. Au total, une dizaine de préparations différentes sont servies à volonté. Pour les clients plus pressés du midi, les viandes sont servies à la carte et en brochettes pour une digestion plus facile. Détail non négligeable : les viandes sont halal et pour ceux qui répugneraient à absorber de la protéine animale, des menus végétariens sont toujours là en renfort ! 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]