Kynotus giganteus : Pas piqué des vers
16 novembre 2015 - Nature commentaires   //   1907 Views   //   N°: 70

Madagascar attire de nouveau l’attention des scientifiques avec la découverte de l’un des cinq plus grands vers de terre du monde. Kynoptus gigantus, tel est son nom, trouvé dans une forêt primaire du Sud-Est, mesure pas moins de deux mètres de long… Le seigneur des anneaux ? 

Dr Malalatiana Razafindrakoto, à l’origine de la découverte.

Le géant, bardé de ses anneaux, est sorti de son trou. Le 29 septembre dernier, dans le cadre d’un cycle de conférences sur la « science en images » donné à l’Institut français de Madagascar, l’Institut de recherche pour le développement (IRD) a présenté au public Kynotus giganteus. Si la vue des serpents a tendance à vous rendre nerveux, pas de panique… il ne s’agit ici que d’un lombric, un inoffensif ver de terre. Mais pas n’importe lequel ! L’un des cinq plus grands et plus gros du monde, soit deux mètres de long pour 15 à 25 mm de diamètre !  Découvert en 2011 dans la forêt d’Ankazo-Mafaitra, à une vingtaine de kilomètres de Farafangana, Kynotus giganteus est une espèce endémique.

Une de plus à mettre au crédit de l’extraordinaire biodiversité de la Grande Île, mais pour combien de temps ? « À peine découvert, on peut déjà le classer parmi les espèces menacées car il vit dans une zone très problématique pour sa survie, en raison de la culture itinérante sur brûlis qui ne cesse de dévorer les derniers lambeaux de forêt primaire », met en garde le Dr Malalatiana Razafindrakoto, chercheuse au sein de l’IRD, l’une des initiatrices de la découverte. Et d’expliquer qui si sa présence semble avoir été rapportée dans d’autres forêts de l’île, aujourd’hui ce n’est plus le cas.

Une espèce menacée d’extinction, mais pour combien d’autres à découvrir ? Si une quarantaine d’espèces de vers de terre ont déjà recensées à Madagascar, dont treize endémiques, les scientifiques de l’IRD sont d’accord pour estimer (à la louche) qu’il pourrait y en avoir deux cents dans toute l’île… autant dire que la chasse au lombric n’est pas prête de se terminer. Une aubaine pour la jeune scientifique spécialisée dans la taxonomie, la distribution et l’écologie des vers de terre de Madagascar. « S’il y a peu d’études relatives aux vers de terre à Madagascar, ces petits animaux jouent un rôle important dans l’écosystème », souligne-t-elle. On sait qu’il rend les sols plus fertiles en retournant à lui seul 240 kg de terre par an. Une suractivité qui pourrait être également mise à profit pour purifier les eaux usées de façon peu coûteuse et écologique.

Certains scientifiques à travers le monde sont même convaincus que notre avenir alimentaire reposera demain en grande partie sur le ver de terre, source de protéines non négligeable ! Du moins pourrait-il servir à engraisser les poissons d’élevage et les poulets. En attendant, les Chinois l’utilisent à des fins médicales pour traiter les accidents cardiovasculaires et l’hypertension. Jusqu’à l’industrie des cosmétiques qui s’intéresse à ses vertus anti-âge sous forme de crèmes de beauté. Alors pour Kynotus giganteus et tous ses congénères, levons notre… ver !
 

#SolofoRanaivo 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer