Hobisoa, d’une île à l’autre
30 juin 2016 - Cousins-cousines DiasporaNo Comment   //   2330 Views   //   N°: 78

Semaine pleine et intensive au niveau de la musique à La Réunion : Marché des musiques de l’océan Indien (IOMMA) et Sakifo, rendezvous incontournable de la musique dans l’océan Indien. Comme chaque année, Hobisoa Raininoro, directrice exécutive du Centre de ressources des arts actuels de Madagascar vient apprécier et découvrir les nouveaux talents. 

Hobisoa est avant tout médiatrice culturelle de formation. Son rôle est de créer la relation entre le public et les différentes formes d’expression artistique et culturelle. Elle est notamment le trait d’union entre la culture de son île – Madagascar – et de sa ville – Antananarivo –, et le Pôle régional des musiques actuelles (PRMA) de La Réunion. Cette aventure commence lors d’un stage à La Réunion, organisé par Alain Courbis, alors directeur du PRMA. Il construit alors une véritable plateforme afin de valoriser les artistes de la zone océan Indien, principalement dans le domaine musical, en s’appuyant sur des ressources locales.

En parallèle, l’Association des médiateurs culturels créée au coeur de l’Université de Tana, le Centre de ressources des arts actuels de Madagascar (CRAAM). Hobisoa devient l’une des sentinelles relais de la culture malgache auprès du PRMA. Elle participe chaque année au IOMMA, invitée tous frais payés par les organisateurs de ce marché de la musique. Quand des projets artistiques réunionnais s’exportent à Mada, elle participe à leur accueil et à l’organisation avec les six autres salariés du CRAAM. 

Ces postes sont financés par le programme d’appui à la société civile de l’Union européenne. Sur place, à Tana, les idées fusent et se diffusent : un projet est mené avec l’Université, « cultiver l’esprit », tout un programme ! Le site internet du CRAAM met à jour quotidiennement des fiches « artistes », véritable travail de recensement de tous les talents artistiques malgaches.

Hobisoa a construit son univers autour de la médiation culturelle s’ouvrant les portes des productions internationales. Le milieu universitaire, dans lequel s’inscrivent les locaux et les activités du CRAAM, lui donne une allure d’éternelle étudiante. Elle va d’ailleurs compléter sa formation de médiatrice par un master d’anthropologie, dans lequel les arts et la culture malgache seront sans nul doute mis en mémoire. 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]