Ambre : Pour mémoire
5 mai 2015 - Escales commentaires   //   2568 Views   //   N°: 64

Si Madagascar regorge de potentialités touristiques liées, essentiellement, à sa faune et à sa flore ainsi qu’à ses paysages harmonieux, elle n’est pas richement dotée en patrimoine historique et culturel. Avec la capitale et les villes portuaires de Toamasina et Mahajanga, Diego Suarez offre cependant un ensemble architectural intéressant ainsi que des sites historiques nombreux et variés. 

Pour qu’un tourisme urbain et culturel puisse se développer, il convient que les sites présentant un intérêt historique aient été préalablement mis en valeur. À Diego Suarez c’est grâce au travail de l’association Ambre (Association pour la mémoire, la beauté, le renouveau et l’environnement d’Antsiranana) en partenariat avec l’Office Régional du Tourisme de Diego Suarez (ORTDS) et avec l’appui du Conseil Général du Finistère qu’un travail de valorisation a pu être mené. Il est possible de se procurer au kiosque de l’ORTDS situé place Foch, des plaquettes qui proposent des circuits thématiques. Ces documents sont agrémentés de cartes qui permettent une visite autoguidée de la cité d’autant plus enrichissante qu’une cinquantaine de panneaux d’information trilingue ont été implantés à travers la ville.

En deux ou trois heures, tout en flânant, il est ainsi agréable de voyager dans le temps sur les rives de la deuxième plus grande baie du monde véritablement chargée d’histoire. Le circuit « La ville historique » s’intéresse particulièrement au riche passé colonial. De la place Joffre, du nom d’un grand administrateur français (1852-1931) de qui la ville porte encore les vestiges des aménagements concernant principalement la fortification du port, on peut parcourir maintes artères à la découverte d’un ancien kiosque à musique ou de ce qui fut l’un des palaces dénommé l’Hôtel des Mines.
 

« Architecture » se concentre sur tout un ensemble de bâtisses : lycée, cathédrale, bazar ou maisons empreintes d’influences multiculturelles. Les imposantes demeures démontrent que cette ville était, il y a à peine un siècle, extrêmement prospère.

« Le Port – le quartier militaire ». Ce circuit marche sur les traces des militaires qui gardaient, au tout début du XXe siècle, la base navale de Diego Suarez, lieu hautement stratégique, et offre l’opportunité de découvrir le troisième port malgache. « Commerces, marchés et petits métiers » part à la rencontre des principaux « lieux de vie » qui restent très actifs. À l’image de la grande halle qui accueille désormais la dynamique Alliance française de Diego Suarez.

Les amateurs d’histoire se procureront le récent ouvrage Les fortifications de la baie de Diégo Suarez (Editions La Tribune de Diégo) avant de partir à la rencontre de vestiges en des sites offrant des points de vue exceptionnels.

A quelques encablures du centre ville, tout un chacun peut s’immerger dans la forêt tropicale humide de la montagne d’Ambre ou dans celle, plus sèche, du massif des Français. Des lagons aux eaux turquoise, des criques sauvages ourlées de plages de sable blanc sont également aux portes de cette ville dont les attraits culturels et historiques ne font que renforcer son évidente vocation touristique.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer