C’est pas l’idéal !
19 juillet 2018 - LifeStyle commentaires   //   306 Views   //   N°: 102

Christiane Ramonjison : « Le fric, c’est pas chic ! »

Christiane Ramonjison alias Tiane a horreur des personnes superficielles qui ne pensent qu’aux biens matériels. « Certes, on a tous besoin de fric pour un minimum de confort mais il ne faut pas pour autant en être esclave. » Réaction normale pour une présidente cofondatrice de l’ONG Saint Raphaël Madagascar (SaiRa). Ce désintérêt pour le profit, elle l’a acquis de par son éducation. Christiane Ramonjison vient d’une famille pas du tout aisée, elle a appris le sens du partage avec le peu qu’il y avait à la maison . « Durant mon enfance, ma mère a été médecin et a travaillé dans une zone enclavée du Sud. Elle a toujours soigné ses malades même s’ils n’avaient pas de quoi payer la consultation et les médicaments. A l’époque, mes parents ont souvent ramené des jouets aux enfants malades. »

En 2012, après sa formation au Youth Leadership Training Program, elle lance SaiRa qui œuvre dans le domaine de l’éducation, la santé, l’environnement et la culture. Son slogan ? « Mieux vaut pratiquer l’aumône que thésauriser l’or. » On l’aurait deviné ! « Cela paraît peut-être gnangnan mais le fait de faire plaisir à autrui me procure mon propre bonheur. En donnant ce qu’on a, l’argent vient facilement par la suite. Inutile d’en être obsédé. » Il lui arrive aussi de se sentir parfois « trop bonne, trop conne », comme on dit. « Une fois, j’ai organisé une soirée. J’ai fait tout le boulot, après quoi ma collaboratrice m’a arnaquée et m’a expulsée de l’organisation une fois qu’elle a eu les exemplaires de tous les contrats. J’ai pleuré toute la nuit. Je me suis dit, plus jamais ça ! » C’est sûr qu’à force de donner, on peut aussi recevoir, ne serait-ce que des claques en pleine figure.

Mirado : « Je ne crache pas sur le matériel »

Matérialiste, moi ? Et alors ? Pour Mirado, il n’y a aucune honte à l’avouer car comme il dit : « Tout le monde l’est plus ou moins, mais personne n’ose le reconnaître. » Si, pour certains, le matérialisme est un trait de caractère dont on ne devrait pas être fier, le chanteur a lui un avis différent sur le sujet. « Etre taxé de matérialiste ne devrait pas être péjoratif. Ce sont les gens qui interprètent mal. » Dans ses relations, amoureuses ou amicales, Mirado avoue considérer aussi le côté matériel, tout en insistant sur le fait que ce n’est pas dans le but de profiter de l’autre, loin de là ! « Le matériel ne prime pas, c’est juste un bonus pour que le rapport se passe bien. » Etre matérialiste n’est pas forcément une mauvaise chose, la preuve ! Dans le cas de Mirado, cela lui a permis de se protéger des profiteurs qui sont nombreux à lui tourner autour.

« Quand je sors avec mes amis, je regarde s’ils peuvent faire les mêmes activités et sortir dans les mêmes endroits que moi. Au début, je peux payer mais c’est toujours mieux de se partager la note. Il faut que ce soit donnant-donnant pour éviter les profiteurs. » Mais le matérialisme ne conditionne pas ses relations, car Mirado sait faire la part des choses. « Si je vois qu’un de mes amis n’a pas les moyens ou profite un peu trop de moi, cela ne me gêne pas, ce n’est pas pour autant que je ne vais plus le voir. Je pose juste des limites. » Vous voilà prévenus !

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer