Mialitiana Clerc : Je n’ai pas froid aux pieds
14 mai 2019 - Loisirs commentaires   //   269 Views   //   N°: 112

À 17 ans, Mialitiana Clerc est la première skieuse alpine à avoir représenté Madagascar aux Jeux Olympiques en Corée du Sud en 2018. Elle a enchaîné en février sur les pistes enneigées des Championnats du monde et compte améliorer son classement. Elle nous confie sa détermination.

Parle-nous de tes dernières pistes…
En février dernier, j’ai participé au Championnat du monde de ski alpin à Are en Suède, puis à celui dédié aux juniors à Val Di Falsa en Italie. J’ai déjà aussi gravi les pistes enneigées de plusieurs pays comme l’Amérique du Sud, l’Autriche, etc. Les niveaux sont très élevés. Mon plus beau souvenir reste les Jeux Olympiques d’hiver en Corée du Sud en 2018. J’ai été le porte-drapeau de mon propre pays. Même si je vis en France depuis petite, je suis attachée à mes origines à Madagascar, là où vit ma mère biologique. Elle n’avait pas les moyens de m’élever, j’ai été adoptée à 1 an par un couple de Français.

Pourquoi le ski ?
Avec mes parents adoptifs, on est partis vivre en Haute Savoie. Nous sommes une famille de sportifs. Mon père et ma soeur font de la course à pied et ma mère aime le yoga. Quant à moi, j’ai appris à skier depuis toute petite, près de notre maison. À 8 ans, j’ai commencé à intégrer des clubs. Depuis, cette passion ne m’a plus 90 quittée. J’ai commencé à avoir des ambitions et des rêves.

Qu’est-ce que le ski alpin ?
Équipés d’une paire de ski, de bâtons et de chaussures rigides, on glisse à une vitesse qui peut atteindre plus de 130 kilomètres. Le but est d’arriver le plus vite possible. Parmi les épreuves du ski alpin, on a le slalom qui consiste à passer entre des portes matérialisées par des piquets. C’est très technique, il faut avoir des mouvements de pieds très rapides. Cela demande beaucoup d’efforts physiques. Quant à l’épreuve du géant, les portes matérialisées sont plus espacées. C’est une de mes disciplines préférées même si ce n’est pas facile de manier des skis qui font près d’1 m 93. C’est un sport de glisse réservé à ceux qui n’ont pas froid aux yeux ou plutôt aux pieds. Et moi, j’adore la vitesse, l’adrénaline de la glisse et surtout cette bouffée de liberté qui nous envahit lors de la descente.

Le sport à haut niveau demande des sacrifices…
Qu’il pleuve, qu’il neige ou fasse du brouillard, il faut y aller. On se forge ainsi un mental d’acier. Avant, j’ai fait de la danse et du piano, un autre monde. Aujourd’hui, ma journée est partagée entre mes cours par correspondance et mon entraînement. Je fais aussi du sport en salle, de la course à pied et des balades en montagne. Comme c’est un sport d’endurance, il faut s’entretenir physiquement. Pour améliorer mes techniques, je fais des stages dans d’autres pays.

Tes projets ?
Je voudrais un jour atteindre le niveau des meilleures skieuses américaines comme Mikaela Shiffrin ou Lindsay Vonn. Je continue à participer aux compétitions de la Fédération internationale de ski et à enchaîner les Championnats du monde. Je suis actuellement dans le top 50, mais je compte m’améliorer et atteindre bientôt le top 30. Je veux être prête pour les Jeux Olympiques en Chine en 2022 et représenter fièrement mon pays.

Propos recueillis par #PriscaRananjarison

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer