Le portrait chinois de Ëlley Scar’t
14 septembre 2017 - Couv by commentaires   //   265 Views   //   N°: 92

Plus parlant qu’un CV, moins aride qu’une bio, le portrait chinois s’installe dans no comment®. La dessinatrice Ëlley Scar’t, illustratrice de notre couv’, répond du tac au tac.

Si j’étais un objet, je serais…
Une boîte à multiples compartiments. On peut tout ranger. C’est pratique et on n’est jamais à l’abri des petites surprises cachées.

Si j’étais un endroit imaginaire…
Un monde où l’on se soucierait davantage du bien d’autrui et de la nature que des profits à la charge des plus démunis.

Si j’étais une odeur je serais…
L’odeur de la cuisine familiale, cette odeur de partage et d’amour.

Si j’étais un personnage de fiction, je serais…
Daenerys Targaryen de Game of Thrones. Elle libère les peuples et passe de l’enfant apeurée à la mère des dragons, image assez féministes.

Si j’étais un film, je serais…
La liste de Shindler. Ce film m’a beaucoup ému et ne cesse de m’émouvoir.

Les scènes sont poignantes d’autant que le film détaille bien l’horreur de la Seconde Guerre mondiale.

Si j’étais une œuvre d’art, je serais…
La nature, elle est la source de tout et de l’art.

Si j’étais une arme, je serais…
La passion, elle est à la fois destructive, constructive et instructive. Utilisée à bonne escient, c’est une arme redoutable. Rien ne s’est jamais fais sans passion.

Si j’étais un véhicule, je serais…
Mon corps, le véhicule de mon âme et de mon esprit.

Si j’étais une chanson, je serais…
Crush de Yuna, mon coup de cœur de deux ans. Elle m’emporte et me fais valser.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer