Ilay Andriandahy Kely : Dessine-moi un mouton
12 avril 2012 - Cultures commentaires   //   573 Views   //   N°: 27

Best-seller de la littérature pour enfants, le chef-d’oeuvre de Saint-Ex est à nouveau disponible dans sa version français-malgache. Une version qui était épuisée depuis des années et que les éditions Jeunes Malgaches ont eu la bonne idée de relancer. À ce jour, la seule édition bilingue du « Petit Prince » au monde…

« Mba anaovy sarin’ondry iray aho (dessine-moi un mouton) », demande le Petit Prince à l’aviateur qui vient de se poser en catastrophe dans le désert du Sahara, à la suite d’une panne de moteur. Ainsi débute, en français comme en malgache, le fameux conte d’Antoine de Saint-Exupéry, disponible depuis novembre dernier en version bilingue aux éditions Jeunes Malgaches. C’est le livre français le plus lu au monde, avec plus de 250 traductions depuis sa publication chez Gallimard en 1946. Publication posthume, puisque Saint-Ex, aviateur lui-même et pionnier de l’aéropostal, s’est écrasé en mer, en service commandé, en 1944.

À noter qu’il s’agit bien ici de la réédition de l’excellente traduction du Pr Roger Bruno Rabenilaina qui était parue en 1997 chez Foi et Justice sous la direction du père Sylvain Urfer. « En cinq ans, les 2 500 exemplaires avaient été écoulés et face à la demande grandissante, j’ai entrepris de republier le livre », explique Marie-Michèle Razafintsalama, responsable de Jeunes Malgaches. Plus facile à dire qu’à faire, car le projet représente un investissement conséquent : 35 millions d’ariary pour 2 000 exemplaires, « l’impression constituant à elle seule 47 à 65 % du prix de revient du livre », selon l’éditrice. Pendant deux ans, il lui faudra « négocier ferme » avec Gallimard pour l’obtention des droits. Heureusement, l’Alliance internationale des éditeurs indépendants se porte garant du projet et l’éditeur parisien finit par donner son feu vert.

Conte pour enfants ? Malgré sa chevelure dorée et son écharpe aérienne (c’est ainsi que Saint-Ex le campe dans les aquarelles qu’il lui consacre), le Petit Prince sonne singulièrement grave. Débarqué comme E.T. d’une lointaine planète, il est en quête d’amis, mais c’est la solitude et l’absurdité de l’existence qu’il découvre ici-bas… Linguiste renommé, directeur des études à l’École supérieure de l’information et de la communication, le Pr. Rabenilaina s’est montré attentif à traduire l’oeuvre dans le « pur esprit d’enfance » voulu par Saint-Ex. « J’ai découvert l’oeuvre en 1997, en même temps que mon fils qui était un enfant à l’époque. Il m’a aidé à adapter le texte aux expressions des jeunes de son âge, et c’est ce qui fait la force de cette traduction ». 

Jeunes Malgaches se donne deux ans pour écouler les 2 000 exemplaires. « Si j’en crois la récente rupture de stock en France, c’est bien parti pour y arriver », fait valoir Marie-Michèle Razafintsalama qui a déjà présenté l’ouvrage au 27e Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, en décembre dernier. Il sera également distribué en avril lors des prochaines Rencontres nationales sportives (RNS) de Vichy. Le livre est également très prisé par les bibliophiles du monde entier. Et pour cause, c’est à ce jour la seule édition bilingue du Petit Prince…

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer