Timoty Amiel : Le temps d’un pinceau
9 décembre 2023 // Arts Plastiques // 117 vues // Nc : 167

Il peint le futur et le passé à l’acrylique. Timoty Amiel Randriamalala, de son nom d’artiste Timoty, réalise la couverture du no comment® magazine de ce mois de décembre. Il y décrit une vie sans crainte, présenté sur un portrait d’un jeune à la peau bleue, et une texture de fond inspiré du ciel. Peintre, street artist, plasticien, et sculpteur, Timoty se professionnalise en 2020, en passant d’ateliers à ateliers à Antananarivo.

« Sans crainte du temps », en quelques mots ?
C’est une œuvre que j’ai créée en août 2023 : le cercle représente le soleil, et est associé au ciel, au sacré de l’humanité. Le bleu représente le ciel, l’infini, le vide d’où jaillit l’existence : couleur d’une chanson que j’apprécie « La femme a la peau bleue ». La main droite représente le futur, une arme bénissant, alors que la gauche est la négativité : mais toutes les deux levées en même temps signifient « sans crainte ». Le fond joue sur des teintes subtiles de rouge inspiré du ciel : parfois, en le prenant en photo, l’on découvre, au numérique, une texture hors du commun, qui rend parfaitement sur une toile.

De mes œuvres, comme celle-ci, j’aime cacher les coins pour que l’on ne remarque pas qu’il s’agit d’une couleur unique aux teintes différentes sur le fond.

Parle-nous de « Zignôma » ?
C’est un mot que j’ai créé quand j’étais petit : si avant, cela n’avait pas eu de sens, il est devenu le nom d’une tournée nationale. Le temps dans les œuvres, je dis souvent que Zignôma est une élévation vers un monde à l’envers : il s’agit d’inverser le cycle de dégradation. Plus simplement, c’est regarder devant pour parler du passé (Taloha), et à l’arrière pour raconter le futur (Aoriana). Cette année, l’Alliance Française en a fait une tournée, nous menant à Antsirabe, Ambositra, et Nosy Be. Le spectacle retrace le concept : il y a neuf tableaux sur scène, deux peintres, et un poète. Sur cette scène, un peintre part du passé, l’autre du futur, pour se rencontrer sur une image. La poésie représente un enfant qui suit ce tracé, grandit, vieillit, et rajeunit.

Tracer le passé…
J’ai commencé à dessiner en étant enfant. Par les recherches et les livres, je suis resté autodidacte avant de me professionnaliser en 2020, temps où j’ai intégré l’association C’ArtBON à Sabotsy Namehana. J’y ai appris les bases, et les différents médiums possibles. Je travaille surtout avec de l’acrylique, et parfois un mélange avec le plâtre. Depuis 2022, je me suis mis au Street Art sur des peintures au même style. De cette manière, j’ai placé mes fresques murales dans toute l’Île, sauf à l’Ouest. Mes œuvres racontent le temps : le passé, et un voyage dans le futur. Elles s’éloignent assez de l’abstrait : j’aime cacher ce côté-là, et jouer avec les nuances de couleur. Pour chacune d’elles, le regard occupe un espace clé : de chaque portrait, il y a toujours une différence entre le sens de la tête et celui du regard. En thème, comme en choix de palettes, j’approche le temps et le passé.

Et le futur ?
Je prépare une exposition où cette fois, ce sont les pieds qui créent par la danse. Il s’agit de se dire : et si l’on pouvait exprimer des émotions de cette manière. Cette exposition, prévue pour 2024, sera, bien sûr, une collaboration avec des danseurs. Mais à part cela, je continue à créer sur la toile, le verre - en collaboration avec un ami - sur les vestes, et bientôt sur les pots de fleurs. Depuis mes débuts, j’ai réussi à vendre une quinzaine d’œuvres, ce qui m’a permis de rester professionnel. Ce sont des œuvres qu’il a fallu partager, non pour se vanter, mais pour partager : ne pas les montrer aux autres serait plus un acte égoïste. Pour moi, un artiste est un être intelligent, dans un sens où il ose se vouer à ce qui le passionne, en faire son travail, sans perdre son fil dans un monde où il faut bien survivre.

ZignômA
Vivre au milieu des idéaux, à recommencer par la fin et inverser le cycle de la dégradation.
Élévation vers un monde à l’envers.
Acrylique sur toile
120*80cm
BONA DEA
Technique mixte sur toile
30*30cm
Why Za? Ho aiza aho? 
Pourquoi moi? Où irai-je ?
Acrylique et collage photos sur toile
80*60cm
Tentina hafanàna 
Miendrika hazavàna
Feo 
Mitempo
Mampientana ny retsi-tsaina
Acrylique sur toile

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir