Nancy Alliotte : Des couleurs pour dépasser l’objectivité photographique
5 juillet 2024 // Arts Plastiques // 378 vues // Nc : 174

Comment un tableau arrive-t-il à rappeler ce qu’on a ressenti en premier devant un paysage ? C’est là tout le travail de l’artiste peintre Nancy Alliotte. Pour dépasser l’objectivité de la photographie, elle centre sa démarche sur les couleurs, et préserve ainsi son éblouissement originel sur la toile, et sur la couverture du no comment® magazine de ce mois de juillet.

La maison où elle nous reçoit ressemble à une galerie d’art, il y a des tableaux partout. Bien qu’ils soient tous aussi colorés les uns que les autres, celui qui trône sur un mur attire particulièrement notre attention. Et pour cause, c’est la couverture du magazine pour ce numéro, mais aussi le premier qu’elle a peint en arrivant à Madagascar. « C’est lié à mon éblouissement face aux rizières, je ne m’attendais pas du tout à trouver des rizières dans une ville. A chaque fois c’est l’éblouissement. » Pour autant, elle ne ressent jamais le même émerveillement devant chaque paysage. Plusieurs paramètres entrent en scène pour lui donner une impression particulière par rapport au lieu. Cette relation dépend des différentes heures de la journée, des environs, ce qu’elle y a vécu, et aussi les facteurs humains. « J’essaie vraiment de privilégier des endroits dont je me suis bien imprégné, où je sais qu’il y a la bonne lumière, les bonnes couleurs. »

Mais alors, comment arrive-t-elle à préserver cette extase première sur la toile ? Pendant ses voyages, Nancy Alliotte part, accompagnée de sa boîte d’aquarelles et d’un appareil photo. « Ce n’est pas toujours évident de peindre devant ce qu’on voit, alors je fais des aquarelles partout où je vais, ou je peins à partir des photos que j’ai prises. Une photo ne rend jamais l’émotion d’un paysage, cette émotion est personnelle, et je pense qu’elle est liée à la contemplation et l’imprégnation qu’on a des couleurs. »

Pour faire ressortir au mieux cette impression personnelle sur la toile, elle suit des règles. « J’aime bien que les tableaux de nature soient à l’huile, car je trouve que la brillance de l’huile rend hommage à la beauté de la végétation. Pour les grands formats, vu qu’il faut beaucoup plus de temps pour les peindre, à l’acrylique ça sèche plus vite et je peux y revenir de temps en temps, tandis qu’il faut respecter un temps de séchage pour les peintures à l’huile. » L’aspect documentaire de la photographie est ici écarté grâce à la « vibration » obtenue avec la juxtaposition des couleurs. Elle obtient cet effet en mettant deux couleurs complémentaires côte à côte, des couleurs qui ont la même intensité en termes de pigmentation. Elle privilégie avant tout cette vibration au lieu de présenter les couleurs telles qu’elles sont. « Sur un tableau j’aurais pu peindre les ombres complètement en noir, mais ça aurait écrasé le tableau, alors j’ai fait naître un brun et des touches de rouge. Parfois je peins un fond de couleur, d’où les taches de rouge un peu partout, c’est pour la vibration avec le vert. »

La rivière des geysers d'Amparaky
Acrylique sur toile, 120cm par 80cm
Collection de Madagascar
Bananiers
Huile sur toile, 95cm par 80cm
Collection de Madagascar
Chutes de la lili
Acrylique sur toile, 1m50 par 1m50
Collection de Madagascar
Jacarandas au bord du lac Anosy
Huile sur toile, 1m par 1m
Collection de Madagascar

Propos recueillis par  Mpihary Razafindrabezandrina
Site Web: https://www.nancy-alliotte.com

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir