Sih Rakout : De la colère à l’acrylique
14 avril 2024 // Arts Plastiques // 111 vues // Nc : 171

Plus connue comme styliste, Sih Rakout peint aussi. Son œuvre « Dispersion » fait la couverture du no comment® magazine de ce mois d’avril. Une faveur venant de celle qui sépare sa carrière de styliste de sa casquette de peintre, une sphère personnelle. Car, contrairement à la mode politique et sociale qu’elle prône, c’est une peinture plus spontanée et à fleur de peau qu’elle nous fait découvrir chez elle.

En entrant chez elle, on est fasciné par l’omniprésence des livres. Ce n’est pas un hasard : elle est autodidacte. « J’ai lu un livre où l’auteur interprète un peintre déjà décédé, il tire des conclusions à partir de telle ou telle couleur, mais ce n’est pas tout le monde qui a étudié les beaux-arts, et c’est impossible d’entrer dans la tête du peintre. Je veux dire qu’il n’y a pas de vérité absolue dans mon œuvre, je n’ai pas recours à une formule. Après, je peux raconter une histoire différente pour chaque personne. » Et c’est ce qui s’est passé, en publiant sa première œuvre sur les réseaux sociaux, elle a trouvé un acquéreur. À la fin du confinement, plusieurs tableaux ont même été exposés dans sa boutique à Antaninandro. « J’ai réussi à vendre mon premier tableau, mais par la suite, c’est mon mari qui achète tous mes tableaux. Ça reste pour la famille, il m’encourage. »

Avec ce client assuré, son « plus grand client », Sih Rakout se libère des contraintes du marché de l’art, elle explore et explose en toute liberté. « Je ne sais pas quand est-ce que je vais peindre, cette année je n’ai pas encore traversé cette crise, ce moment où je ne veux faire rien d’autre à part ça. C’est toujours de la colère : dans ma boutique, il y a une dizaine de tableaux, peints en une seule nuit car j’étais enragée. » Mais enragée contre quoi ? Pas de réponse définitive pour elle, qui affirme qu’il est vain d’essayer de deviner ce que l’artiste avait en tête au début. En tant que créatrice, elle peut donner une histoire à une œuvre aujourd’hui, en donner une toute autre demain, et ainsi de suite. Alors, juste ce matin où elle nous reçoit, elle nous explique « Dispersion » en réaction à la façon dont Antsaly Rajoelina est traitée, celle qui représente Madagascar au Miss World. « Il y a cette petite fille qui a été violée, et tous les experts de Facebook ont un truc à dire. Ces mêmes personnes qui sont les détracteurs de Antsaly, pour son look ; alors qu’elle se bat pour cette cause, elle-même victime de viol. Au lieu de s’attarder sur ce détail, pourquoi ne pas la soutenir et faire avancer cette cause par la suite ? »

Sur la toile, son indignation se traduit par des courbes, des « âmes » enfermées dans un cadre. « Tu ne peux pas sortir de la masse. On reste dans le labyrinthe et c’est pour ça qu’on est pauvre. Ils pourraient être libres de s’exprimer, de conduire vers quelque chose de nouveau, toutes les autres pourront se libérer hors de ce cadre si une âme arrive à s’en sortir. » Elle fait référence à une publication sur Facebook où elle s’exprimait sur la situation de Antsaly Rajoelina, une publication supprimée ensuite à cause de l’incompréhension. Pour elle, les âmes n’aboutissent pas à une dispersion à cause du manque de connaissance. « Même les EPP manquent. C’est ce que je m’efforce d’exprimer. Dès qu’on ouvre la bouche, tous ces savants viennent à l’assaut, c’est difficile. » Ces âmes se trouvent aussi sur d’autres tableaux, dans des situations dont elle seule a connaissance. Pour la suite, Sih Rakout ignore encore la prochaine étincelle qui va embraser son âme, mais elle compte bien continuer la peinture.

Passengers
Ce tableau évoque la diversité de l’âme humaine
Collection privée Christian Platteau
Acrylique sur toile - Technique mixte
Sur la défensive
Posture de protection ou de résistance alors que d’autres sont sans défense
Collection privée Christian Platteau
Acrylique sur toile 80*80
Zen attitude
L’envie de calme intérieur et la sérénité profonde
Collection privée Christian Platteau
Acrylique sur toile 40 x 60 cm

Propos recueillis par  Mpihary Razafindrabezandrina
Facebook : Sih Rakout

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir