Steve Andriamasy : Du mic au micro
7 novembre 2023 // Que sont-ils devenus ? // 132 vues // Nc : 166

En avril 2017, Steve Andriamasy faisait apparition dans le no comment® magazine alors qu’il était en pleine ascension de sa carrière de rappeur sous le nom de scène Epistolier. Depuis lors, son parcours l’a conduit à devenir un coach en art oratoire et un entrepreneur prospère. Il nous délivre son fascinant cheminement et ses conseils précieux pour maîtriser l’art de la parole.

La transition du rap vers l’art oratoire ?
Cette transition n’a pas été aussi difficile que cela pourrait le paraitre.
Je connaissais ma personnalité, ce qui était méconnu du public, et c’est pourquoi certains se sont demandé si j’avais arrêté la musique. Lorsque j’ai pris la décision que la musique resterait une passion et que l’art oratoire deviendrait mon travail principal, cela n’a pas semblé être une nouveauté majeure pour moi.
Mais cela ne veut pas dire que j’ai complétement abandonné la musique. Récemment, j’ai même eu l’occasion de monter sur scène avec le beat boxer Do-Be à Ivokolo Analakely.
De plus, je continue à publier des chansons sur la page Epistolier.

L’art oratoire, pour quelles raisons ?
J’ai commencé à m’intéresser à l’art oratoire en 2013, lors d’un événement Madagaslam. A cette époque, j’étais actif sur scène en tant que rappeur, poète et slameur. J’ai même essayé d’écrire un livre. Certes, mes tentatives dans ces domaines n’ont pas été fructueuses. En 2015, j’ai eu l’occasion de participer à un concours de débat organisé par la JCI, et bien que je ne comprenais pas complétement ce qu’était l’art oratoire à l’époque, j’ai remporté ce concours. Depuis, cela m’a incité à explorer ce nouveau domaine. L’art oratoire englobe toutes les formes de prise de parole par l’oralité, que ce soit à travers la parole elle-même ou la littérature. Il ne se limite pas aux discours et aux débats, mais englobe également la négociation, la gestion des conflits, la communication interpersonnelle, la vente, ainsi que des formes d’expression telles que le slam et le rap. C’est un domaine vaste qui englobe toutes les facettes de la communication verbale.

Le premier coach en art oratoire à Madagascar ?
Dans le cadre de mes études, j’ai appris le « business model » qui consiste à déterminer comment gagner de l’argent avec ce que l’on entreprend. Puis, j’ai réalisé qu’il n’y avait personne à Madagascar qui s’était spécialisé dans le coaching en art oratoire. C’est pourquoi j’ai décidé d’être le premier Malgache à embrasser cette voie. En tant que coach, j’aide les gens à améliorer leur communication et leur prise de parole dans leurs relations professionnelles, personnelles, sur scène, dans leur entourage, et dans le cadre du réseautage. Je traite également des aspects tels que la communication non verbale, l’habillement, les gestes et les postures. Pour chaque présentation ou formation que j’effectue, j’ai besoin de deux à trois semaines de préparation, ce qui signifie que je n’accepte jamais une conférence avec seulement un ou deux jours de préavis, car la préparation est essentielle pour que tout se déroule bien.

La création d’un cabinet d’art oratoire ?
En 2022, j’ai créé mon cabinet d’art oratoire. La plupart des gens ne savent même pas qu’il existe des cabinets de ce genre. Un cabinet d’art oratoire regroupe un registre de noms de coaches, de conférenciers, de professionnels du développement personnel… Les entreprises font appel au cabinet pour trouver des conférenciers pour leurs évènements, par exemple. Après avoir cherché sans succès un tel cabinet à Madagascar, j’ai décidé de créer le premier : LIFT. Notre cabinet offre des services de formation, de coaching, couvre des sujets tels que la négociation et l’éducation financière. Nous intervenons aussi dans le cadre de conférences.

Un pied dans l’entreprenariat…
L’entrepreneuriat a été une décision majeure pour moi. J’ai réalisé que si je continuais à travailler pour une société, ma valeur, mon salaire de base et les petites augmentations annuelles seraient dictés par d’autres. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de me pencher dans l’entrepreneuriat. Il faut dire que je n’avais pas une éducation financière solide, car mes parents n’étaient pas particulièrement riches et ne m’avaient pas enseigné comment gagner de l’argent. J’ai cru que l’art oratoire m’ouvrirait des portes et me mènerait loin. Ensuite, décidé, j’ai entrepris d’étudier l’entreprenariat de manière exhaustive, y compris le marketing, les aspects logistiques, les médias sociaux et bien d’’autres.

Des conseils à partager ?
Pour maîtriser l’art oratoire, il est essentiel de disposer de toutes les informations nécessaires sur le sujet que l’on va aborder. Puis, l’art oratoire n’est pas une compétence purement théorique, c’est plus comme la natation. Pour progresser, il faut pratiquer autant que possible. Et enfin, il est essentiel de connaitre sa propre personnalité. Il n’y a pas une seule manière correcte de communiquer. Il est important d’exploiter votre propre personnalité pour développer votre style d’art oratoire.

Propos recueillis par Cédric Ramandiamanana
Steve Andriamasy : +261 34 19 770 40

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir