Les critiques d'Elie Ramanankavana : De l'avant-garde malgache
14 juin 2024 // Littérature // 153 vues // Nc : 173

Madagascar a sans nul doute eu sa littérature d'avant-garde. De Rabearivelo à Raharimanana, chaque grand écrivain a réinventé la littérature malgache à sa hauteur pour la mener en avant vers toujours plus de lendemain dans des lettres qui s'écrivent, s'inscrivent et s'ancrent dans l'ère du temps. Aujourd'hui, que reste-t-il de l'avant-garde des lettres malgaches ?

Une littérature qui ne se réinvente pas n'en-est pas une
Dès l'abord, précisons qu'est avant-garde, pour vous et moi, toute littérature qui se met en proue et non à la traîne, une littérature qui, au lieu d'imiter invente, qui, plutôt que de suivre prend la tangente quitte à se perdre. Une littérature qui a la fièvre de la créativité non pas pour l'amour du nouveau mais parce que le neuf uniquement est capable d'exprimer le présent.

Cela définit, nous pouvons dire que Rabearivelo tient donc de l'avant-garde. Car même si sa plume est d'un romantisme dégoulinant, il réinvente la littérature de là-bas par les trésors de la langue et de la culture d'ici. En lisant « L'intérférence », deux langues chevauchent votre esprit pour dire l'histoire d'un enchevêtrement, celle d'un Madagascar devenu empire français.

Rabemananjara brise le carcan de la poétique pour déchirer l'espace des mots par la force d'un cri appelé justice ou égalité. Faisant manière de table rase pour aménager dans l'espace de la langue un lieu suffisamment large pour la contestation l'une des plus virulentes de la période d'avant les indépendances.

Esther Nirina, elle, change le paradigme. Réinvente la poésie pour la faire tenir dans l'intime, dans l'émotionnel, et dire ainsi l'indicible par la limite des mots. Une poésie qui nous pénètre en murmure vers la contemporanéité où la langue s'épuise devant la complexité du réel.

Raharimanana, enfin, avec sa prose disloquée, boitant magistralement, et qui danse des pas de folie, embrasse une époque de violence et de délire. Il souffle des airs, des chants, une langue neuve, combien déconcertante, mais seule capable de mettre à nu les ossements longtemps avalés par le silence.

L'avant-garde est donc là, elle a refait la littérature malgache durant près d'un siècle à écrire et à récrire les récits et la poésie d'une île errante sur l’immensité de l'océan. Et il n'est pas étonnant que ces quatre noms soient inscrits en lettre d'or dans les annales de cette littérature, eux qui ont su nommer toutes les nuances d'un temps, en choisissant soigneusement leur manière de faire lumière, une manière résolument innovante.

Au lendemain de l'avant-garde ?
A voir la littérature malgache actuelle, c'est à se demander si l'on est déjà au lendemain des innovations littéraires ? A-t-on atteint notre limite ?

Pourtant, la société malgache porte aujourd'hui, plus que jamais, les germes d'une mutation profonde. Les violences s’exacerbent. Des feux s’allument, incendient les âmes. La pauvreté a ouvert des plais qui tous les jours se creusent, s'infectent. La misère fait son chemin profondément dans la chair des hommes. De l'autre côté, cette jeunesse nouvelle. Émancipée de toute notion de territoire. Cette jeunesse à la soif immense de lendemain et d'horizons inconnus. Cette jeunesse rebelle d'une rébellion jamais encore goûtée pas ces terres. Cette jeunesse n'est-elle pas un veilleur de nuit, la torche qui illumine le noir des ventres creux ? L'aube qui s'annonce ?

Quoiqu'il en soit, ce bouillonnement conjugué à une pression sociale intenable pourrait accoucher d'un monstre sublime, ou d'un ange aux ailes de lames de rasoir. Encore faut-il structurer chaque domaine, en particulier la littérature et en premier lieu la poésie, pour aguerrir les âmes d'un nouvel avant-garde ? Je ne sais pas.

En tout cas, soulignons qu'en ce mi-mai c'est le Congo qui gagne en littérature, et partout. Pourquoi ? Parce qu'un Dibakana Mankessi (Prix Orange du livre en Afrique 2024) est avant tout un fils de Sony Labou Tansi. Parce qu'un Dieudonné Niangouna (Grand Prix Afrique Avant Garde 2024) porte l'héritage d'un Thicaya U Tam'Si et tous les avant-gardistes du Congo, même chose pour Alvie Mouzita (Prix internationale de poésie de Léopold Sedhar Senghor).

Les auteurs de ce pays à l'héritage littéraires immenses se sont hissés à la hauteur de leurs pères en choisissant un chemin autre qui veut rivaliser en splendeur.

Et nous ? Il nous faut aussi prendre l'échelle, laisser là charrettes, marchés et identités moisies. Oser se mettre à l'avant du bateau, même si la tempête gifle, même si les mers sont agitées. Défoncer le paysage, le réinventer, pour dire le plus exactement possible aujourd'hui et demain...

Pour cela « un tempérament particulier, des audaces et des chapardages, un débraillé d'allures, d'armes à volonté, que ne se permettent pas le gros des troupes ni les chefs à cheval », comme le dit Alphonse Dodet, est nécessaire.

Dibakana Mankessi
Le Psychanaliste de Brazzaville

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir