Blommersia dupreezi : La grenouille lanceuse d’alerte
22 juin 2023 // Nature // 42 vues // Nc : 161

Alors que 99 % des 300 espèces de grenouille qu’on trouve à Madagascar sont des espèces endémiques, la Grande Île n’en finit pas de dévoiler des surprises. C’est ainsi que les scientifiques ont découvert une nouvelle espèce dans le sud, le Blommersia dupreezi, au hasard d’une recherche menée depuis le mois de janvier dans cette région.

Alors que le professeur Louis du Preez se trouvait dans le sud de Madagascar dans le cadre d’une étude sur les parasites qui affectent les amphibiens, notamment les grenouilles, il est tombé sur cette nouvelle espèce en allant sur la trace de ses parasites. « À la base, je suis venu étudier divers groupes de vers minuscules qui infectent les grenouilles, comme je l’ai déjà fait en Australie. J’ai estimé que pour comprendre ces parasites, je dois connaître leurs hôtes principaux, et il s’avère que ce sont les grenouilles. Donc maintenant je conduis çà la fois des recherches sur les parasites et les grenouilles, ce qui m’a conduit à la découverte d’une nouvelle espèce de grenouille jusqu’ici ignorée de la science. » Une découverte dont la nomenclature est tirée de son nom, et ce, pour faire honneur à ce scientifique qui s’intéresse de près à l’un des vertébrés les plus menacés de la planète, comme le souligne le comité en charge des nomenclatures, composé par des scientifiques allemands de l’Université de Braunschweig, Landesmuseum et le musée zoologique de Munich.

© Photo : North West University (South Africa)

À l’heure actuelle, les scientifiques savent déjà que l’espèce appartient à la famille des Mantellidae, mais contrairement à la plupart des 220 espèces de grenouilles de cette famille, son contact n’est pas toxique. Du reste, aucun recensement n’est possible dans l’état actuel de la recherche, néanmoins, force est de constater qu’il s’agit d’une espèce qui risque l’extinction, comme les autres grenouilles. «Les grenouilles étaient les premiers animaux qui ont abordé la terre ferme il y a 350 millions d’années. Elles jouent un rôle important dans l’environnement et maintiennent l’équilibre dans la chaîne alimentaire. Non seulement, elles mangent énormément d’insectes, mais servent aussi de nourriture pour de nombreux autres vertébrés » rappelle le professeur Louis du Preez. Néanmoins, la fragilité de cette espèce ne décourage pas les scientifiques, au contraire, elle permet d’anticiper les changements à venir dans leur habitat naturel. En effet, il s’agit d’une espèce particulièrement vulnérable à la moindre variation de température et de déséquilibre, ses migrations et sa disparition annoncent donc les futures migrations des espèces qui partagent dans un milieu. Mieux, les comportements du Blommersia dupreezi servent d’alarme par rapport à la dégradation d’un écosystème, une aubaine pour anticiper les actions adéquates pour la préservation de l’environnement.

Suite à cette découverte à la fin du mois d’avril, le professeur développe actuellement une stratégie pour accélérer les recherches. Il s’agit d’une démarche innovante. «Le but, c’est de rassembler le grand public et la communauté scientifique. Quand un touriste souhaite visiter la zone en question, l’application indique quelles espèces de grenouilles, il peut trouver là, ils peuvent donc nous aider à identifier ces grenouilles. » Les scientifiques s’appuieront donc sur les touristes pour alimenter leur base de données concernant cette espèce.

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir