Randriambola Tsiorimanitra Aimée « Même dans les aires protégées, les animaux sont encore victimes de la chasse. »
19 décembre 2023 // Nature // 70 vues // Nc : 167

Les 112 espèces de lémuriens à Madagascar sont toutes en danger critique d’extinction, d’après l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Alors, les organismes environnementaux ont le même objectif : préserver ces espèces jusqu’aux générations futures. Et quelle meilleure stratégie que d’impliquer un jeune de cette génération ? À 26 ans, Randriambola Tsiorimanitra Aimée est présentée par WWF comme une jeune engagée dans la protection des lémuriens.

Pourquoi soutenez-vous cette cause ?
J’ai toujours adoré les animaux. En terminale, j’ai entendu parler d’un programme qui protège les orangs-outangs à l’étranger. Je me suis demandé s’il y avait de telles initiatives à Madagascar. J’ai découvert que ce sont surtout les étrangers qui protègent nos lémuriens. Alors, j’ai décidé de devenir activiste naturaliste pour les protéger à mon tour. Je suis en deuxième année de master, mention anthropobiologie et développement durable à l’université d’Antananarivo. C’est ainsi que j’ai commencé à travailler sur terrain. À Antsohihy, j’ai appris le travail sur terrain et les modes de vie des animaux. J’ai aussi travaillé sur l’Eulemur Coronatus à Nosy Be. Dans l’aire protégée de Tsinjoarivo à Ambatolampy, j’ai étudié le Propithecus Diadema, et le Propithecus Verreuaxi. En suivant des animaux pendant un mois, nous avons collecté des données sur leur santé, leur effectif, leur reproduction, leur nutrition et leurs dépenses d’énergie.

Pour quel constat ?
Même s’ils se trouvent dans les aires protégées, les animaux sont encore victimes de la chasse. C’est le cas, même pour ceux qui sont suivis dans le cadre de nos recherches, alors qu’ils portent des colliers qui les distinguent des autres. La raison est simple : les gens ont faim, ils cherchent à manger et tombent sur ces animaux. Les animaux sont stressés, car ils vivent dans des zones restreintes, des forêts profondément fragmentées. Pour les espèces qui vivent en groupe de cinq individus, c’est difficile de vivre et de manger ensemble sur un espace exigu. Comme toutes les espèces de lémuriens sont en voie d’extinction, on met du temps à les trouver, même dans leur habitat naturel. Leur survie dépend de l’engagement citoyen.

Quelles sont les solutions en place ?
Comme solution d’urgence, des spécimens sont envoyés à l’étranger pour être préservés.
Sauf qu’ils ne vivent pas dans les conditions de leur habitat naturel, car il peut neiger par exemple. Je participe aussi à des conscientisations.
Un groupement local est rattaché à chaque aire protégée, ce sont ces groupes qu’il faut informer sur la protection de la forêt et ses bienfaits.
Quand il y a des étrangers ou des étudiants qui y lancent des recherches, ils sont obligés de recruter parmi la population locale.
Ce qui fait qu’ils se rendent compte que la présence des animaux attire de l’argent pour eux.
Nous créons aussi des écoles communautaires, de quoi sensibiliser les enfants dès leur plus jeune âge. C’est une approche qui accompagne la reforestation proprement dite.

Et les lacunes ?
La société civile s’engage déjà beaucoup, de même que l’opinion publique en général. Le blocage est au niveau de l’Etat. C’est plus un apparat qu’un engagement réel : ils signent les papiers, et nous faisons le reste. Les autorités doivent s’impliquer avec la société civile. Autrement, nous ne nous sentons pas protégés dans nos activités. Même les recherches scientifiques sont compliquées, car on nous interdit de prélever des échantillons. Et quand nous devons collaborer avec des pays étrangers, il n’y a pas de continuité de l’Etat.

La suite de l’engagement ?
Je continuerai à être naturaliste activiste. D’ailleurs, je communique beaucoup en ce moment, à travers les réseaux sociaux. Je veux atteindre ceux qui ne sont pas forcément familiers avec la situation et la protection des lémuriens. Les jeunes sont l’avenir. Grâce à notre bonne volonté, c’est plus facile de convaincre les aînés pour nous soutenir. Nous sommes enthousiastes, mais nous ne maîtrisons pas toute la mise en activité, d’où nous avons besoin des aînés pour nous épauler.

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir