Réseau CLIC : Mada, c’est toute une Clic !
7 février 2024 // Que sont-ils devenus ? // 81 vues // Nc : 169

En septembre 2012 dans le no comment® magazine numéro 32, le Centre de Lecture, d’Information et de Culture (CLIC) a marqué les pages du magazine. Alors initiative à Alakamisy-Itenina, au Sud de Fianarantsoa, il devient aujourd’hui un réseau réparti dans tout Madagascar, mais le but est resté le même. Visite à la bibliothèque ATD Quart-Monde Antohomadinika à Antananarivo, un mercredi après-midi où les cris des jeunes visiteurs s’associent à la connaissance, la culture et 12 la lecture.

Au cœur du quartierd’Antohomadinika, les cris d’enfants retentissent dans la cour de la bibliothèque Fanovozantsoa. Ils jouent, en attendant 14 heures, début des activités. Les activités du CLIC ont évolué dans ce coin de la ville. Le centre de lecture reste reconnu pour sa Bibliothèque de rue (BDR), ce pourquoi l’initiative fait référence depuis ses débuts en 2005. L’espace à Antohomadinika se différencie quelque peu des autres : même si la bibliothèque est présente depuis 2003, une collaboration est née entre ses contributeurs, l’organisation ATD QuartMonde, et Trait d’UnionFrance-Madagascar. Depuis, l’équipe forme un bloc de choc pour faire avancer les activités : Trait d’Union France-Madagascar à la dotation des livres, et ATD Quart-Monde aux ressources humaines et matérielles. Pour l’équipe de Trait d’Union France-Madagascar, porté par Miaraka Mahefanirina, directeur du réseau des CLIC, l’objectif est simple : celle « d’appuyer le système scolaire malgache en donnant l’opportunité à des enfants d’avoir accès à des livres, mais aussi à des informations, par le développement des activités culturelles » Oui, CLIC est surtout un support aux jeunes et à leur scolarité. RÉSEAU CLIC En septembre 2012 dans le no comment® magazine numéro 32, le Centre de Lecture, d’Information et de Culture (CLIC) a marqué les pages du magazine. Alors initiative à Alakamisy-Itenina, au Sud de Fianarantsoa, il devient aujourd’hui un réseau répartidans tout Madagascar, mais le but est resté le même. Visite à la bibliothèque ATD Quart-Monde Antohomadinika à Antananarivo, un mercredi après-midi où les cris des jeunes visiteurs s’associent à la connaissance, la culture et 12 la lecture.

Pas que de lectures. Le CLIC propose des activités chaque mercredi et samedi, surtout par son programme TAPORI. Un TAPORI regroupe les jeunes du quartier à ceux étrangers sous un thème et des activités définis au niveau international. De la compréhension au partage, les animatrices du groupe mènent une activité à une vingtaine de jeunes entre 9 et 14 ans. Du coloriage aux animations, les groupes de bibliothèque de rues et du TAPORI sont les références du quartier. Mamy Nirina Ralalasoa, animatrice du centre, confie : « Nous avons déjà eu des retours des professeurs nous parlant de l’évolution des enfants qui viennent ici » Aucun retour négatif, certains reviennent, même après plusieurs années, parce que oui, l’endroit est devenu « leur troisième maison », après l’école. La bibliothèque d’Antohomadinika reçoit dans les 10 000 visites par an, pour une ouverture journalière et des activités diverses, toujours ouvertes aux collaborateurs externes.

Pour Madagascar, le CLIC, c’est tout un réseau. Planté dans les communes reculées de l’Ile, chaque CLIC est le fruit du partenariat entre le Ministère de l’Education Nationale et Trait d’Union France-Madagascar, sur la demande des communautés locales. Avec 26 centres de lecture, et huit CyberCLIC – des centres munis de connexion internet, le CLIC est devenu un refuge pour les amoureux de lecture. « C’est un lieu de vie, c’est devenu un lieu d’échange culturelaxé sur la connaissance » souligne Miaraka Mahefanirina, en se référant au centre d’Antohomadinika.

Dans cette pièce aux étagères faites de livres en fran- çais, mais aussi en malgache, en anglais ou espagnol, aucun genre n’est exclu. « Nous souhaitons remettre l’idée de lecture pour le plaisir, et c’est pour cela que nous avons des livres variés, de roman, à apprentissage de métier. » Des ouvrages, il y en a pour tous les goûts. Le défi reste de taille pour implanter la lecture dans la culture malgache. Le souhait de l’équipe est de prioriser la structure école-bibliothèque sachant que cette dernière est si peu reconnue par sa valeur.

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir