Nancy Leung : Force & Mental
5 juin 2024 // Loisirs & J’ai essayé // 218 vues // Nc : 173

Elle a remporté le titre de Championne de Madagascar Miss Bikini 2024 lors de l’événement Big Mada 2024 en avril dernier. A Madagascar, le bodybuilding est encore considéré comme un milieu réservé aux hommes. Mais avec sa détermination, Nancy Leung compte faire changer cette vision.

Le bodybuilding, pour quelles raisons ?
J’ai commencé depuis l’adolescence mais plus sérieusement en 2017 avec la musculation. Pour les compétitions, j’ai commencé, il y a deux ans. J’ai été influencée par des fit girls sur instagram avec leur physique que je trouvais magnifique. J’aime ce sport, pour la discipline et surtout le mental qu’il faut avoir. Il faut suivre une vie saine, ce n’est pas toujours avec les tentations autour de nous. Depuis que j’ai commencé la compétition, il faut suivre certains rythmes. Par exemple, avoir huit de sommeil par jour. Je dois calculer aussi calculer l’heure pour manger, pour boire…

Justement, comment as-tu préparé cette compétition ?
C’était le Championnat de Madagascar avec les champions de toutes les régions. J’étais dans la catégorie « Miss Bikini », pour le moment, c’est la seule catégorie pour les femmes à Madagascar. C’était un défi personnel parce que je dirais que je suis encore nouvelle dans ce milieu. Je voulais me lancer un objectif pour sortir de la routine des entraînements.

Et surtout l’atteindre. Pour les préparations, j’ai commencé juste le lendemain de Noël. Ce n’était pas évident de le faire après les fêtes, mais il faut avoir le mental. Je me suis préparée pendant quatre mois. Je me suis entraînée intelligemment, j’ai augmenté les heures de cardio, de musculation… Au fil du temps, c’est devenu une habitude. Pendant ma préparation, j’ai pris le risque de faire en fonction de ce que j’ai appris, même si j’étais accompagnée, mais pas par un coach professionnel. Pour les critères de compétitions, il faut que les muscles soient bien définis, être très sec, quasiment pas de gras et éliminer le maximum d’eau.

Une femme dans le bodybuilding ?
A Madagascar, c’est encore compliqué pour les femmes d’être dans ce milieu. On pense que c’est encore réservé aux hommes. Si on s’ouvre un peu au monde, il y a beaucoup de femmes qui excellent dans ce domaine. Je pense qu’il y a encore un manque de communication sur le bodybuilding ici, ce qui entraîne le manque de compréhension. Pour ma part, je voudrais contribuer à ce que les mentalités changent. Pour les projets personnels, je compte participer à une compétition internationale qui va se dérouler aux Maldives. Sinon, pour le côté professionnel, je voudrais aider les hommes, mais surtout les femmes qui veulent s’entraîner, développer leurs muscles, mais qui n’osent pas. Je suis disponible pour coacher en ligne ou en salle.

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto
FB : Leung Fit

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir