Les critiques d'Elie Ramanankavana : Bibiche de Raozy Pellerin
13 mai 2024 // Littérature // 101 vues // Nc : 172

En 2022 paraissait le roman de l'écrivaine d'origine malgache et comorienne Raozy Pellerin intitulé Bibiche. Un roman d'un grand intérêt autant pour son écriture fluide que pour sa poésie discrète, mais surtout pour sa capacité à réinventer les thèmes de la littérature indianocéanienne.

Un roman qui nous sort de l'obsession identitaire
De La Réunion aux Comores, des Seychelles à Madagascar, tous sommes-nous des îles. Cette insularité, et je ne vous apprends rien en cela, a entraîné chez nous un repli sur soi regrettable. Pour nous, n'est monde que cette terre délimitée par notre océan, au-delà, rien. Si bien que notre culture a été réduite à de jolis objets exotiques, des façons de cartes postales appât à touriste, qui ratent la hauteur nécessaire pour atteindre une échelle humaine. Tout ça n'est que rappel car nous le savons. Mais nécessaire puisque c'est dans ce contexte que naît Bibiche. Ce roman est le fait d'une Raozy Pellerin elle-même de nos îles, de trois d'entre elles précisément : Madagascar, Comores et La Réunion.
Dedans, l'écrivaine nous raconte l'histoire d'une réfugiée. Bibiche son nom. Elle a fui le Congo, a rejoint clandestinement la France après avoir été mise en prison suite à une manifestation politique mal tournée. Commence alors son périple pour régulariser sa situation. Le récit vire tragique.

La France renie son identité, met en doute tout son passé, l'enferme dans un asile d'où à peine ose-t-elle sortir.
Le paradis hexagonal devient un enfer et Bibiche de dire « le pays des droits de l'homme n'était en fait qu'une simple expression vide de sens». Elle croise une autre congolaise, Dinah. Elles nouent une solide et franche amitié. Mais Dinah, devant la dureté des juges français qui n'ont eu de cesse que de douter d'elle, se jette par la fenêtre et meurt. Un suicide qui laisse effondrée.

Dans toute cette histoire, dont je vous préserve la fin, Raozy Pellerin fait montre d'une compréhension profonde de la condition d'exilé en France. Elle fait preuve d'une connaissance de la réalité congolaise, insère volontiers dans son texte des quantiques en Lingala. Raozy Pellerin a rejoint l'autre, l'a embrassé et a confondu son être avec lui, le temps d'une œuvre dans une véritable magie réservée à la littérature la plus fine. Par cette réussite, son roman explose un plafond de verre, celui qui nous enferme dans l'ici seulement. Il élargit notre horizon, nous élève pour nous maître à hauteur d'homme, par-là entendez tous les hommes, d'ici et d'ailleurs. Et c'est cela qu'il nous faut, non pas la complaisance dans ce que nous seuls nous reconnaissons. Si nous voulons que demain notre littérature existe, il s'élever jusqu'à Bibiche, entendez par-là à l'échelle humaine.

Un roman auquel il faut rendre justice
En plus de toutes ces qualités, ce roman est d'une écriture fluide et l'écrivaine qui aime assez les dialogues, les manies de manière très juste. Dans aucun cas les échanges ne sonnent faux. Tout est à sa place. En même temps, une poésie sans tapage traverse tout le roman et rehausse son charme. Ainsi va de ce passage qui parle d'un viol et du mécanisme psychologique de protection conduisant à la bipolarité. « Quand son corps était proie, son âme s'échappait, prenait ses distances. Alors, cette enveloppe corporelle restait à même le sol, pesante. Trop fatiguée pour prendre l'air, trop abîmée pour quitter l'ombre ». Un extrait où le merveilleux de la langue côtoie la violence pure.

En cela, il faut faire justice à Raozy Pellerin, lui faire une place de choix dans le paysage littéraire malgache car elle le mérite amplement d'autant que son roman est d'une importance capitale pour le devenir de notre littérature. Oui, Raozy Pellerin a sans doute accouché de notre littérature de demain. J'espère dans les prochains mois pouvoir organiser autour de son livre des discussions littéraires et autres rencontres pour faire connaître Bibiche au public malgache. C'est d'une importance capitale.


Bibiche de Raozy Pellerin,
ou comment élargir la littérature d’ici ?

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir