L’airsoft : A la guerre !
22 août 2023 // Loisirs & J’ai essayé // 102 vues // Nc : 163

Je me suis toujours demandé ce que cela faisait de se trouver sur un champ de bataille, juste avec l’adrénaline nécessaire pour s’amuser sans se mettre en danger. De nature plutôt posée, ce fut à la fois un défi et une surprise pour moi que de l’avoir découvert sur le terrain d’Airsoft & Go Kart Madagascar à Anosy Avaratra.

Il s’agit du premier terrain exclusivement réservé à l’airsoft à Madagascar. Quand Lalaina Eric Ramaroson l’a fondé en octobre 2022, il avait en tête de créer un espace où le temps d’une journée, les participants se rappellent l’importance du travail d’équipe. « La moitié des clients sont des particuliers et l’autre moitié sont des employés d’entreprises. Les gens viennent ici, surtout pour organiser des team building. »

En effet, le lieu a de quoi dissimuler une compagnie entière : à seulement une vingtaine de mètres de la route, un talus surmonté de pins isolé du monde extérieur et on se retrouve dans une partie de Call of Duty, une série de jeux vidéo de tir, grandeur nature. Comme si le fin fond des bois ne suffisait pas à m’intimider, Lalaina nous montre une plaque où différents modèles de fusils nous attendent. Alors, je tends l’oreille pour faire gaffe. « L’airsoft est un jeu de tir et de stratégie militaire, ce n’est pas de l’eau qui sort des fusils, mais des balles qui font réellement mal. Ce n’est pas pour vous faire peur, mais pour vous préparer mentalement, la douleur passe après dix à vingt secondes. De ce fait, la distance minimum pour tirer est de dix mètres. Contrairement au paintball, il n’y a pas de marque visible quand on est touché, donc il faut jouer fairplay et lever la main en criant « out » quand une balle vous atteint. Pour pouvoir rejouer ensuite, un coéquipier peut vous toucher deux fois ; si c’est un membre de l’équipe adverse qui vous touche pendant que vous êtes out, vous sortez du jeu. » Il nous demande de nous diviser en deux groupes de sept personnes, avec un gilet différent pour chaque équipe.

J’enfile le mien, met les lunettes de protection obligatoires, un casque, un masque pour se protéger la bouche, choisit un fusil, et me voilà prêt à jouer le jeu : pendant un quart d’heure, mon équipe doit empêcher les adversaires de récupérer un colis attaché au tronc d’un arbre.
Au moment où le compte à rebours résonne dans les bois, je me dissimule derrière les buissons.

Les échos des tirs et les cris de mes coéquipiers m’appellent à l’attaque. A peine sorti des buissons, une balle m’écorche la peau d’un doigt, Lalaina m’expliquera ensuite qu’il faut porter des gants, bref, nous avons perdu la partie.

Pour laisser passer la douleur et me remettre de cette défaite, je reste à la clairière avec les autres. Lalaina nous explique les différents types de jeu qu’on peut faire chez Airsoft & Go Kart Madagascar.  « Le jeu peut aussi s’organiser autour d’une prise d’otage. Tout à l’heure, une équipe a défendu un butin tandis que l’autre devait le récupérer, mais il se peut aussi que les deux équipes doivent chercher le même colis, dans ce cas, il faut être fort en stratégie. » Et c’est exactement ce que nous avons fait pour la deuxième partie, malgré toutes mes précautions : dos courbé dans les buissons, des sprints furtifs devant les adversaires… un habitué de l’airsoft m’atteint aux cuisses, à la main - encore une fois - la partie est finie. A cause des douleurs, je demande qui peut participer : il faut au moins avoir 18 ans, 15 ans si on est en famille. En tout cas, l’airsoft promet de l’action à ceux qui en demandent. Pas si soft que ça !

Propos recueillis par  Mpihary Razafindrabezandrina

Airsoft Madagascar +261 33 29 080 00

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir