Holy Antsa Rabejaona : Mademoiselle Butterfly
25 juin 2023 // Loisirs & J’ai essayé // 115 vues // Nc : 161

À tout juste 21 ans, Holy Antsa Rabejaona multiplie les victoires. La jeune nageuse papillon a l’habitude de se hisser en haut des podiums. Pas plus tard qu’au mois d’avril dernier, elle rafle 10 médailles d’or pendant le Championnat de Madagascar. Pour dire qu’elle nage dans le bonheur !

« J’ai assuré toutes mes courses », lance-t-elle avec fierté. Il y a de quoi ! La jeune nageuse appartenant au club Managing signe un nouveau record national sur 50 m papillon avec un temps de 29’’25 si son ancien temps était de 29’’34. Elle ne cesse de persévérer, c’est le secret de ses victoires malgré les conditions de ce sport à Madagascar. « Malheureusement, les préparations pour les championnats sont toujours difficiles par manque d’infrastructures à Madagascar. Il n’existe que deux bassins de 50 m dont le premier se trouve à l’ANS à Ampefiloha où je m’entraîne et l’autre à Toamasina. »
Pour ce dernier championnat de Madagascar, Holy a pu s’entraîner deux fois par jour, le matin et le soir pendant trois semaines, mais sous certaines conditions. « Il fallait y aller à 5 heures du matin et surtout bien s’organiser. Il faut savoir que ce bassin ne possède que 6 couloirs pour quatre clubs, soit un bassin pour environ 200 nageurs ! Contrairement à l’étranger, où chaque ville est au moins équipée d’une piscine. » Malgré tout, Holy reste une grande battante avec comme maître-mot : la persévérance. Et ses résultats en sont les preuves.

Depuis sa première compétition à l’âge de 5 ans et sa première médaille internationale dans la catégorie 12 ans durant le meeting de l’océan Indien à la Réunion, elle enchaîne les victoires.

À 15 ans, elle intègre l’équipe nationale. Par la suite, elle s’envole pour le Championnat d’Afrique zone 4 au Malawi en 2018 où elle remporte cinq médailles. L’année suivante, pour les Jeux des Iles de l’océan Indien à  l'Ile Maurice, elle réussit son premier record de 50 m papillon sur 50 m avec un temps de 29’’59. « En 2020, je participe encore une fois au Championnat d’Afrique zone 4 au Botswana et je rentre avec cinq médailles. Sinon, en 2021, j’ai obtenu une bourse de perfectionnement au Centre international de natation en Russie, mais je n’ai pas pu y rester à cause de la guerre. J’ai donc été transférée en Thaïlande où je suis restée deux mois. Je participe au Championnat du monde à Abu Dhabi en décembre 2021 et l’année dernière, au Championnat du monde à Budapest. » Mais quand elle n’arrive pas à atteindre ses objectifs, la déception est immense. « Quand je sors de l’eau, il ne faut surtout pas me parler ! »

Holy a choisi de se spécialiser en nage papillon après avoir battu la championne en titre de l’époque. « J’ai juste testé cette nage et finalement, j’y ai pris goût. On dit que c’est la nage la plus difficile. Il faut surtout se baser sur la cadence pour ne pas avoir les bras trop lourds. Même si 80 % de nos entraînements se basent sur les nages libres, tu évolues au fur et à mesure. Quand je suis dans l’eau, pour les courses de 50 m, on n’a pas trop le temps de réfléchir. Sur les courses de 200 m, il ne faut pas se mettre la pression par rapport au temps. Perso, je mets des coups de bras pour être focus dans la course. » Pour rajouter encore des médailles à son palmarès, elle prépare sa participation aux concours internationaux, notamment les Jeux olympiques en 2024.

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir