Tsaiky ny Janga : Les saveurs de la Ville des Fleurs
27 juillet 2023 // Sortir // 106 vues // Nc : 162

Situé à Ambanidia, Tsaiky ny Janga est un snack géré par Perline Andriamaharavo. Le snack propose des spécialités de Mahajanga avec des plats atypiques qui rappellent les saveurs de la Ville des Fleurs.

« J’ai vécu et grandi à Mahajanga avec mes parents, mais je suis originaire d’Antananarivo. J’ai décidé d’ouvrir ce snack pour représenter et mettre en valeur la cuisine de la région », explique Perline Andriamaharavo, la gérante. Le snack a ouvert en 2018, après avoir déménagé d’Ankazomanga. « Nous avons d’abord Tsaiky ny Janga à Ankazomanga en 2017, mais le local était petit donc nous nous sommes installés à Ambanidia », poursuit-elle. L’idée du nom du snack vient de ses enfants qui ont eux aussi vécu à Mahajanga. Ils ont suggéré l’appellation « Tsaiky ny Janga » pour rappeler leur ville natale. Le snack est alors le fruit d’une idée collective, en famille. 

Perline Andriamaharvo a d’abord travaillé en tant que coiffeuse professionnelle, mais dû à des problèmes de santé, elle s’est tournée vers la restauration. Elle s’est formée en hôtellerie et a suivi les cours d’un chef cuisinier pour se former en cuisine européenne. « Un jour, je me suis demandée pourquoi les plats européens étaient ceux qui sont les plus mis en avant à Madagascar alors que nous avons des plats et une façon de cuisiner qui nous caractérisent et nous

différencie des autres. J’ai alors pensé que comme je maîtrisais la cuisine européenne, je devais également savoir cuisiner des plats malagasy.  C’est pour cela que j’ai basculé de la cuisine européenne vers les plats malagasy, c’est ce qui rend le « Tsaiky ny Janga » particulier, car on n’y propose que des plats malagasy. » Elle a déjà ouvert et géré plusieurs restaurants comme le Lookness Tanà avant d’ouvrir Tsaiky ny Janga. Elle a également fait des études en marketing, ce qui l’aide énormément dans la gestion de son établissement.

Tsaiky ny Janga ramène les goûts de la ville de Mahajanga à travers les plats à base de coco, les spécialités du  restaurant, surtout le mouton au coco et le ravitoto au coco, (feuilles de manioc pillées) très appréciés par les clients. On retrouve également le Samotraka ou viande de bœuf cuit lentement à basse température, un plat typique du nord et très prisé durant les festivités. Elle propose également des accompagnements populaires à Mahajanga comme le pakopako, la petite galette majungaise à base de farine, de levure, de sel et d’eau ou de lait ou encore le Mahogo ou manioc.

« Honnêtement, je n’ai pas peur de la concurrence. Je ne considère pas les autres établissements comme des adversaires, mais plutôt comme ceux qui contribuent à mettre en valeur la cuisine malagasy. Je pense que si les autres copient ou font la même chose que moi, cela signifie que ce que je fais est bien. On copie même la cuisine des autres » lance-t-elle. La gestion du snack a été difficile car depuis le confinement jusqu’à maintenant en raison de la cherté de la vie. Les clients et les recettes ont diminué. « Heureusement, mes enfants m’aident dans la gestion et en plus, ils savent également cuisiner différents plats. Il y a aussi ma mère et mon mari qui m’apportent leur soutien continuellement. » Malgré tout, Perline Andriamaharavo prévoit d’ouvrir un deuxième snack qui portera le même nom. Les travaux sont en cours et l’ouverture est prévue avant la fin d’année.

Propos recueillis par Maminiaina Yannick

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir