The Dizzy Brains : Un quatrième album sans filtre
6 juillet 2024 // Que sont-ils devenus ? // 388 vues // Nc : 174

C’était en juillet 2013, no comment® magazine présentait le groupe de garage rock The Dizzy Brains. Après 11 ans, des tournées mondiales, une convocation à la présidence suite à leur passage à l’émission du Petit Journal en 2016, et trois albums, ils reviennent avec « Maso Mahita » (Les yeux qui voient). Plus engagé que jamais, Eddy Andrianarisoa, le chanteur du groupe et lyriciste pour ce quatrième opus, est loin d’avoir rangé sa langue dans sa poche.

« ‘Maso Mahita’, c’est une gifle ». Une gifle pour les oreilles d’abord. Eddy Andrianarisoa décrit l’album comme plus rock, plus brut, plus en colère que son prédécesseur « Dahalo » (2021). Une musique qui porte des paroles également plus directes. « J’ai écrit le texte à 100%, les autres membres du groupe sont plus sarcastiques et ironiques, alors que moi j’écris du tac au tac. » Et pour cause, le groupe a produit l’entièreté de « Maso Mahita » à Madagascar, la musique témoigne de cette immersion directe, dans le bus, la vie quotidienne, et même au cœur des émeutes avant les dernières élections présidentielles. « Ce sont des faits que nous voyons, vivons, des faits qui ne sont pas nécessairement filtrés par le cerveau. »

Il en résulte des titres qui giflent les yeux pour se tourner vers ce qui se passe réellement. « On fait tout pour qu’on se désintéresse de l’avenir sociopolitique du pays, il y a des distractions qui rendent le peuple abrutis ». Tourisme sexuel, censure, autoritarisme, mentalités, autant de thèmes observés tout au long de la création de l’album, de leur résidence à Nosy Be jusqu’à la capitale. « Le thème principal c’est l’abrutissement du peuple. Il y a beaucoup de choses dont on ne parle pas ici. A Nosy Be, on voit des gamines de 15 ans avec un vazaha de 60 ans. A Tana, lors d’une interview du président, tous les militaires applaudissent alors qu’il n’y a rien de concret dans son discours. » Un titre en particulier fait état de la mentalité de certains Malgaches qui abandonnent leurs idéaux contre de l’argent, « Tsy Manetsa », un terme soutenu pour désigner la prostitution.

Pour Eddy Andrianarisoa, son parcours personnel explique pourquoi il avance en tant qu’artiste engagé. « Il y a cinq ans, j’étais juste un gars qui s’amusait beaucoup et qui sortait la nuit. Maintenant je suis marié, j’ai un enfant, ce qui fait que je m’intéresse plus à l’information, je me fais un avis, j’essaie de rendre mes idées justifiables, par rapport à ce qui se passe. » Même prise de conscience pour le groupe, en enchaînant les concerts à l’étranger pendant cette décennie de carrière, ils ont remarqué que les Malgaches sont plus sensibles si on dénonce ce qu’il y a à Madagascar depuis l’étranger. Cette fois, c’est un album produit au pays et pour le pays, là où Eddy Andrianarisoa voit aussi le reflet de l’abrutissement dans la culture. « On chante en malgache et non plus en anglais comme avant. Les Malgaches n’aiment pas qu’on raconte la merde dans laquelle ils vivent, ce sont toujours les belles plages, le tourisme, tout ça. Quel est le pourcentage des œuvres revendicatives parmi celles qu’on diffuse à la radio et à la télé ? Je ne fais pas de la musique pour plaire, ni pour de l’argent, mais pour dénoncer ce que mes yeux voient. »

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina
Site web: https://thedizzybrains.bandcamp.com
Spotify: The Dizzy Brains

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir