/> no comment® - Societe - Raheriniaina Larissa : Keep calm and be nappy !
Raheriniaina Larissa : Keep calm and be nappy !
23 janvier 2024 // Influenceur du mois // 68 vues // Nc : 168

Quand une page s’appelle « How to be curly in Madagascar » avec près de 38 000 followers, on s’attend à un contenu axé uniquement sur les soins capillaires. Eh bien, pas que ; sur Facebook et Instagram, Raheriniaina Larissa aborde aussi la mode, les sujets de société, et…la politique. Pourquoi ? Pour cette entrepreneure et ingénieure chimiste, les cheveux touchent plusieurs aspects de la vie.

« Depuis le départ, je suis passionnée par beaucoup de choses. Je commence par les cheveux certes, mais j’ai surtout envie de cultiver une communauté qui a les mêmes intérêts que moi. » C’est au début du mouvement nappy à Madagascar qu’elle a commencé à faire des publications sur les cheveux. Comme le mouvement visait à valoriser les cheveux frisés au naturel, Raheriniaina Larissa a trouvé son affinité avec cette cause. D’abord parce qu’elle s’est toujours renseignée sur les soins capillaires, ayant suivi une formation en formulation cosmétique. Mais surtout parce qu’elle a grandi avec les cheveux frisés. Même si elle avoue n’avoir jamais été victime de discrimination, ses observations lui ont fait comprendre l’étendue des implications que peuvent avoir les cheveux curly. « Il faut forcément s’affirmer quand on est comme nous, car il y a encore beaucoup de préjugés sur ce type de cheveux, comme quoi ce n’est pas classe, qu’il faut se lisser les cheveux pour certains événements. Des préjugés que nous avons intégrés, alors on essaie petit à petit d’éduquer, par exemple en montrant des stars qui ont ces cheveux sur le tapis rouge, ce n’est ni bordélique ni ghetto. Pour changer la mentalité des gens, il faut communiquer dessus. Les cheveux entrent en jeu dans tous les aspects de la vie quotidienne, surtout pour les personnes qui ont les cheveux crépus, c’est comme si le patron te voyait en pyjama au bureau, c’est considéré comme informel. » Pour autant, ses réseaux sociaux ne sont pas militants, elle privilégie la communauté avant tout. « Bien sûr qu’elles ne sont pas désintéressées, j’ai envie que les mentalités changent. Mais en même temps, ce n’est pas tellement calculé, je partage juste ma réalité et ma perception des choses en tant que personne avec ces cheveux-là. Nous ne sommes pas toujours d’accord sur tout. Mais j’ai quand même la chance d’avoir une communauté bienveillante. »

Hors connexion, Raheriniaina Larissa influence aussi la présentation des cheveux curly grâce à l’entrepreneuriat, avec sa marque Magneva Natural. « Je voulais créer un produit adapté au type de cheveux africain, et au pouvoir d’achat à Madagascar. Un produit de qualité et abordable ». Elle prend des décisions pour rendre sa marque accessible : miser sur la qualité plutôt que la quantité, créer un produit deux en un pour faire des économies, c’est le cas de son produit phare qui est l’activateur de boucles, un mélange de crème et de gel. À long terme, elle veut que son laboratoire participe à normaliser le fait d’avoir les cheveux frisés. « Dans chaque quartier, il y a un salon de coiffure pour lisser les cheveux. C’est paradoxal alors que nous sommes dans un pays africain. J’aimerais qu’il y ait plus de salons pour se boucler les cheveux. S’ils ouvriront un jour, nous pouvons formuler des produits pour eux ou pour leur propre marque. »

Propos recueillis par  Mpihary Razafindrabezandrina
Contact : +261 34 21 633 13

Laisser un commentaire
no comment
no comment - Première édition du Canitrail organisé par Dogs and Co

Lire

3 juillet 2024

Première édition du Canitrail organisé par Dogs and Co

La première édition du Canitrail organisé par Dogs and Co s’est déroulée le dimanche 30 juin à Betsizaraina Ambohimangakely. Une compétition qui perme...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

Making of Shooting mode - Tanossi, Haya Madagascar, Via Milano - Juillet 2024 – NC 174

Modèles: Mitia, Santien, Mampionona, Ando, Alex
Photographe: Parany
Equipe de tournage: Vonjy
Prises de vue : Le Point d’Exclamation Lounge Bar – Hôtel de l’Avenue
Réalisation: no comment® studio
Collaborations: Tanossi – Via Milano – Haya Madagascar
#shooting #mode #shootingmode #vêtement #chaussure #marque #NC174 #magazine #mada #évènement #culture #nocomment #madagascar #média

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir