Hasina Samoelinanja : La Voix de l'Action!
20 juin 2024 // Influenceur du mois // 144 vues // Nc : 173

Figure singulière sur Facebook, Hasina Samoelinanja se distingue avec sa page « Angano Mampisaina » (conte qui fait réfléchir), ralliant plus de 200.000 abonnés. Rencontre avec ce fervent défenseur du changement et de l’autonomisation individuelle. 

Quel est le concept derrière « Angano Mampisaina » ?
Le concept est profondément enraciné dans la richesse narrative des contes malgaches, ou « angano ». En tant que Malgaches, nous avons tous été bercés par les contes de notre enfance, mais « Angano Mampisaina » va au-delà de simplement écouter. Traditionnellement, nous étions souvent les auditeurs passifs de ces récits, mais la page invite à une participation plutôt active. C’est une invitation à réagir, à s’engager, à devenir des acteurs du changement. De mon point de vue, ce concept résonne avec la réalité malgache où trop souvent nous nous contentons d’être des observateurs passifs, comme on dit bien en malgache : « mihanahana ohatran’ny gana ». Avec cette page, je souhaite contribuer au développement de Madagascar en encourageant chacun à prendre en main son propre destin. Je crois fermement que le changement nécessaire ne peut venir que de nous-mêmes. La page vise également à être une injection d’ouverture d’esprit, et de développement mental.

Quelques exemples de « Angano Mampisaina » ?
Le cœur de la page réside dans la prise de conscience et l’éveil des consciences. Le but est de susciter une réflexion critique et un changement de mentalité. Prenons un exemple concret pour illustrer ce concept : dans mes voyages à travers différents pays, les canards peuvent voler. Le canard malgache, lui, ne vole pas. Pourquoi ? Parce que les canards malgaches sont élevés par des coqs, qui, eux, ne volent pas, donc le mode de vie du canard malgache en est influencé. Cette anecdote simple révèle une réalité plus profonde : notre manière de penser, notre mentalité, est conditionnée dès notre enfance. Depuis l’enfance, nous sommes souvent élevés dans la peur, ce qui entrave le développement de notre potentiel. Si notre mentalité est opprimée, comment espérer progresser ? Un autre exemple : imaginez un enfant qui grimpe sur n’importe quoi pour explorer et découvrir le monde qui l’entoure. Chez nous, les Malgaches, cette attitude peut être réprimandée. L’enfant est donc grondé, battu et sommé de descendre immédiatement, avec l’interdiction formelle de recommencer. Au fil du temps, cette réprimande constante dissuadera l’enfant de réitérer son action. Examinons cette situation comme une métaphore de nos propres comportements et croyances : les interdits, les traditions, les dogmes religieux et sociaux exercent une influence puissante sur nos vies. Nous sommes conditionnés à penser : « On ne doit pas faire ceci ou cela, car c’est contraire à nos valeurs et à nos traditions ».

Des astuces à nous partager ?
Revenons sur l’exemple de l’enfant. Si nous autorisons l’enfant à grimper et à explorer, même s’il tombe, il se relèverait. Il apprendrait ensuite de ses erreurs et continuerait d’avancer. En revanche, en lui imposant des limites strictes et en lui inculquant la peur, nous limitons son potentiel et l’amenons à se conformer à nos attentes. C’est alors notre passivité, notre propension à nous conformer aux normes établies sans remise en question, qui nourrit la pauvreté chez les Malgaches. J’encourage donc chacun à cultiver sa propre voie, même si elle semble diverger de celle de la société. Il faut également prendre le risque de poursuivre ses aspirations, même si cela signifie aller à contre-courant. Je souligne l’importance de l’éducation et de l’acquisition de connaissances. Ne vous contentez pas de ce qui vous est enseigné en classe, mais cherchez à approfondir vos connaissances par des recherches approfondies. Offrez aussi aux enfants une variété d’activités telles que la danse, le sport et d’autres formes d’expression créative au lieu de les nourrir de peurs et de croyances limitantes. Pour finir, ne laissez pas la peur et la crainte vous asservir. Vous seul avez le pouvoir de définir votre propre chemin, en refusant de suivre aveuglément les normes imposées par la société. Et le plus important : « Sahia miavaka amin’ny tsara ». 

Propos recueillis par Cedric Ramandiamanana
Facebook : Angano Mampisaina
Contact : +261 34 11 505 61

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir