Mahefa Rasamuel : A la vie, à l’amour
12 juin 2023 // Arts Plastiques // 83 vues // Nc : 161

Viva Magenta, c’est le titre de l’œuvre en couverture du no comment® de ce mois de juin. Réalisée par l’artiste peintre, Mahefa Rasamuel, elle fait partie de la dernière collection « La continuité et le renouveau. »

Ses tableaux racontent toujours des histoires personnelles. Des traces indélébiles pour marquer une rupture, la perte d’un être cher, les peines, les chagrins, mais aussi pour célébrer la vie, la passion et l’amour. D’ailleurs, Mahefa a renoué avec une de ses passions, la danse, qui en quelque sorte a été le fil conducteur de sa collection « Ambiversion » présentée à la Fondation H l’année dernière. « J'ai fait ma première exposition à la Boussole en 2003 avec des tableaux représentant des personnages filiformes en écho à la danse. Presque 20 ans après, ces personnages sont ressortis dans « Ambiversion » composée de douze tableaux où se mêlent le bleu, le noir, le blanc et l’or. Pendant l’exposition, nous n’avons pris ni un curateur ni un commissaire d’exposition, mais un chorégraphe pour raconter l’histoire. »

Bleu vert
40 x 60 cm – Technique mixte sur toile
L’amour est bleu comme une orange
50 x 70 cm – Technique mixte sur toile
Mercredi au soleil
70 x 90 cm – Technique mixte sur toile
Rouge endiablé
40 x 60 cm – Technique mixte sur toile

Tel un chorégraphe, ses toiles se construisent à travers des mouvements précis, parfois aléatoires, mais toujours dans la recherche d’équilibre et d’ancrage. « Je fais des recherches techniques où je combine des peintures qui ne se mélangent pas forcément. Je verse les peintures, je joue avec le hasard, avec la toile… J’utilise l’encre de Chine, des peintures plus fluides, de l’huile de silicone. Ces techniques me permettent d’avancer, d’évoluer et d’aller dans une démarche pour découvrir et me découvrir. J’aime faire mes propres expériences. » Et des expériences, il en a eu pendant 25 ans de pratique. Ses expressions évoluent avec le temps, il arrive à mettre des mots sur ces œuvres. Mais ces histoires personnelles ne sont jamais loin.

M’accorderiez-vous cette danse
50 x 70 cm – Technique mixte sur toile

En ce moment, le peintre a réalisé sa dernière collection « La continuité et le renouveau », un moment de réveil en quelque sorte. Pour quelles raisons ? D’abord, à cause de la mort de son père et la rencontre avec l’amour. « Mon père est décédé l’année dernière. C’est une période difficile, mais il faut savoir se relever. Et en même temps, je rencontre quelqu’un dont je suis tombé amoureux. Il m’a donné un coup de boost pour reprendre la peinture. Je voulais m’éclater avec des couleurs que je n’ai pas l’habitude d’utiliser comme le vert ou le violet. » Il commence par Viva Magenta, ensuite par Je suis bleu de toi. « C’est un tableau qui ne m’a convaincu au départ. Je le trouvais un peu noir, un lien avec la mort qui était assez dérangeant. Je l’ai retravaillé et maintenant il me plaît. » Des œuvres abstraites où des formes apparaissent et dont l’interprétation dépend du regard. « Le travail sur toile me procure une sensation de flexibilité, de douceur et de force en même temps. Les tableaux sont signés au dos et se tournent au gré des envies. »

Je suis bleu de toi
80x80 cm – Technique mixte sur toile
Vert d’envie
70 x 90 cm – Technique mixte sur toile

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir