Jenny et Caroline Randria : Histoire de sœurs
9 février 2023 // Mode & Design // 81 vues // Nc : 156 - 157

Deux sœurs, Jenny et Caroline Randria, veulent promouvoir le savoir-faire malgache au-delà de nos frontières à travers deux marques de vêtements et d’accessoires, Maraïna London et Maison Bao. Des créations intemporelles et éthiques dédiées à la femme moderne.

Bien qu’elles aient vécues dans différentes métropoles comme Singapour, Paris, Dubaï et Londres, et jusqu’au Canada, Jenny et Caroline ont toujours mis en avant leur pays, Madagascar. Elles ont donc créé des marques dont les matières et les techniques s’inspirent de la Grande Île. Caroline Randria a d’abord lancé Maraïna London, basé à Londres, qui offre une ligne de vêtements et accessoires de plage minimaliste et chic, mais également une collection de prêt-à-porter pour femmes, « haut de gamme, intemporelle et bohème ». Les sacs sont réalisés à partir du raphia, la matière naturelle malgache par excellence. « Le raphia est une matière magnifique, malléable et durable, qui permet d’obtenir de beaux accessoires. »

Jenny Randria
Caroline Randria

Pour sublimer cette matière, la créatrice a opté pour l’art du crochet, une technique ancestrale transmise de génération en génération chez les femmes malgaches. Le crochet nécessite de la dextérité, de la patience et de la minutie, raisons pour lesquelles chaque sac demande des heures voire des jours de travail. « Les sacs à mains s’adaptent au style de vie trépidant de la femme moderne en quête de simplicité et de beauté. » Elle se tourne également vers ce qu’il y a de plus raffiné, la soie sauvage malgache et ses techniques de broderie ancestrales. Le peignoir Ana style kimono, inspiré par la famille royale à Madagascar au XIXème siècle, est ainsi conçu dans un design minimaliste, orné d’une broderie faite à la main avec du fil français.

Passionnées, les deux créatrices ont voulu s’associer pour créer une autre marque, cette fois  pour le marché malgache. « Avec Jenny, qui habite au Canada, nous avons lancé une nouvelle marque, Maison Bao, dans l’esprit d’offrir des pièces contemporaines qui suivent les dernières tendances de la mode et mettent aussi en avant le made in Madagascar. » Tout comme Maraïna London, les collections de Maison Bao s’inspirent de la beauté que la nature offre pour habiller la femme moderne, libre et féminine. « Chaque collection commence par une idée, une émotion qu’on veut partager avec nos clientes, en tenant compte évidemment des dernières tendances. » Une démarche qui se veut également éthique. « La mode éthique est l’avenir de l’industrie textile. Elle implique d’utiliser autant que possible des matériaux locaux et durables pour limiter notre empreinte carbone. Mais cela nécessite également de reconnaître la dimension humaine de l’industrie textile c’est-à-dire connaître qui sont les personnes impliquées dans la réalisation de chaque produit. » 

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir