Jack’Dad : Briseur de tabous
10 novembre 2023 // Musique // 142 vues // Nc : 166

Jack’Dad, de son vrai nom Jean-Jacques Ranaivoson, est une véritable sensation musicale originaire de Tamatave. Initialement reconnu pour son talent en danse, Jack’Dad a désormais conquis le monde de la musique en tant que rappeur émérite. Sa musique, avec des hits comme Dopa, C.O.M, ou encore le pus récent, Pinocchio, a connu une ascension fulgurante sur TikTok, secouant les réseaux sociaux grâce à son style musical entraînant qui incite tout un chacun à se déhancher sans fin.

Son style musical mélange le rap et l’amapiano, un genre hybride entre house, lounge, jazz et soul originaire d’Afrique du Sud. En effet, Jack’Dad est le premier artiste malgache à intégrer ce style dans ces chansons. À travers ses paroles, il ose aborder les sujets délicats de la société, dénonçant les menteurs et les trompeurs, qu’il s’agit de politiciens, de leaders religieux, de commères de quartier ou d’hommes infidèles. Cette audace se retrouve dans sa chanson Pinocchio, où il met en lumière le mensonge à travers la métaphore du nez qui s’allonge à chaque mensonge, pointant du doigt ceux qui trahissent la vérité. Même si ses sujets peuvent être sensibles, Jack’Dad croit en la puissance du message. Son rap imperturbable, porteur de vérité, résonne profondément avec son public et fait de lui un artiste incontournable. « J’ose dire à voix haute ce que beaucoup pensent tout bas ». Ce qui transforme son art en un véritable instrument de changement social.

Le chemin de Jack’Dad vers le succès musical n’a pas été linéaire. Depuis son plus jeune âge, il rêvait de chanter après avoir été inspiré par des clips vidéo qu’il regardait à la télévision. Fasciné par les artistes qui dansaient et chantaient simultanément, il a réalisé qu’on n’avait pas besoin d’avoir une voix comme Mariah Carey pour faire de la musique. « C’est Stromae qui m’a ouvert les yeux avec son écriture poétique et sa présence scénique. » Cette révélation a poussé Jack’Dad à envisager une transition vers le rap pendant le confinement en 2021. En tant que danseur hip-hop expérimenté, cette transition s’est avérée fluide et complémentaire. Jack’Dad a ressenti le besoin de diversifier la scène musicale malgache en abordant des thèmes originaux souvent négligés. « En tant que chorégraphe, j’ai apporté mon imagination aux visuels de mes clips en assumant également le rôle de directeur artistique, comme on voit dans l’une de mes chansons, Dopa ».

Pour lui, le chemin du succès dans le showbiz n’a pas été pavé de pétales de roses. « La diffusion et la visibilité, en particulier les matraquages médiatiques sont un défi de taille en tant qu’artiste indépendant ». Il jongle habilement avec les multiples facettes du monde artistique, s’occupant à la fois de la création artistique, du financement et du marketing de ses projets. « La création de textes et de chorégraphies, éléments essentiels dans mon art, ne posent pas trop de problème majeur pour moi ». Il est passionné par son travail, et sa créativité coule de source. Toutefois, comme tout artiste, il n’est pas à l’abri des commentaires négatifs. Selon lui, la critique peut être difficile à encaisser, mais au fil du temps, il a développé une peau épaisse et ne se laisse plus trop affecter par les opinions négatives. À chaque nouvelle sortie musicale, Jack’Dad se concentre sur les retours positifs de ses fans, une source inestimable de confiance en soi. « Ma victoire réside dans le fait que les gens me considèrent comme unique, que mon travail est authentique et original. Jusqu’à présent, je sens que je suis sur la bonne voie ».

Pour Jack’Dad, la scène est un endroit familier où il est souvent invité en tant qu’artiste « guest ». Ses collaborations avec des talents comme Shyn et Denise ont ouvert de nouvelles portes et l’ont introduit sur des scènes prestigieuses. « L’un des moments les plus marquants de ma carrière a été ma participation à l’évènement Somaroho Tour à Nosy-Be, l’un des plus grands festivals musicaux de Madagascar ». Lors de cet évènement, Shyn lui a offert l’opportunité de monter sur scène pour tester ses compétences devant un public nombreux. Un moment inoubliable. L’accueil chaleureux du public a été une véritable bouffée d’encouragement pour Jack’Dad, car cela a renforcé sa détermination à poursuivre sa carrière de rappeur. D’un côté, son parcours en danse a été enrichi par la collaboration avec son grand-frère, un chorégraphe talentueux, qui l’a intégré dans son groupe. Ensemble, ils ont perfectionné leurs compétences en danse sous la direction de Claudio Rabe jusqu’en 2018. Bien que les activités de son groupe de danseurs soient actuellement en pause, la structure du groupe perdure.

Aujourd’hui, en tant que rappeur, Jack’Dad a encore de grandes ambitions musicales. « Apres Pinocchio, je prévois de sortir deux chansons cette année, dont l’une sera une collaboration avec un beat maker de France, tandis que l’autre sera réalisée en partenariat avec DJ Skull ». L’un des précieux conseils de Jack’Dad pour ceux qui aspirent à une carrière artistique est de rester authentique à tout prix. « Quelle que soit la voie que l’on emprunte, il est toujours crucial de maintenir sa propre originalité ». Il encourage ainsi les jeunes artistes à avoir un objectif clair et à ne pas se laisser influencer par les opinions extérieures. Ces mots de sagesse illustrent bien l’approche de Jack’Dad envers sa propre carrière. Il est clair qu’il est prêt à continuer à surprendre et à inspirer ses fans. Il nous encourage à rester fidèles à nous-mêmes, prouvant que la musique peut être une force puissante pour le changement et l’expression de soi.

Propos recueillis par  Cédric Ramandiamanana
Contact Jack’Dad : +261 32 92 840 30

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir