Aina Randrianatoandro « Le critique de cinéma est une branche à part entière des métiers du cinéma »
17 janvier 2024 // Cinéma // 60 vues // Nc : 168

En décembre 2023, le critique de cinéma Aina Randrianatoandro est sélectionné pour être membre du jury de la FIPRESCI (Fédé- ration Internationale de la Presse Cinématographique) au Festival International du Film de Duhok dans la région autonome du Kurdistan irakien. Cette participation représente à la fois une étape de plus pour ce critique, et un pas vers la reconnaissance du cinéma malgache.

Que représente cette participation pour vous ?
C’est une opportunité immense qui me permet d’évoluer davantage en termes d’expériences professionnelles. C’est aussi une opportunité de réseautage et, bien sûr, de voyage. La critique de cinéma est une branche entière des métiers du cinéma. En étant un critique de cinéma reconnu à l’échelle internationale, je rends honneur à mon pays.
En tant que membre du jury de la FIPRESCI, j’ai été amené à visionner les films kurdes qui font partie de la section Kurdish Feature Competition (six longsmétrages fiction et un documentaire). Puis, aux côtés de mes deux collègues, Sait Tarakcioglu, cinéaste et critique de cinéma turc basé en Allemagne, et de Katharina Dockhorn, journaliste et critique de cinéma allemande, nous avons délibéré parmi ces films celui à qui on attribuerait le prix de la FIPRESCI.

Quelle est l’importance de la critique pour le cinéma malgache ?
Je pense que si les critiques malgaches sont reconnus ailleurs, c’est un plus qui ajoute de la crédibilité à notre image.La balle est alors dans le camp des professionnels du cinéma s’ils vont considérer nos feedbacks (positifs ou négatifs ou mitigés) par rapport à leur œuvre. Il est important pour le cinéma malgache d’avoir des critiques pour que les cinéastes malgaches puissent avoir des feedbacks sur la qualité de leur œuvre. Une critique avec un jugement et une analyse bien argumentée peut donner aux professionnels du cinéma des éléments qu’ils peuvent prendre en compte pour savoir pourquoi telle chose fonctionne et telle chose ne fonctionne pas. Et c’est important dans un pays où il n’y a pas encore de véritable école de cinéma.

Justement, quel est le rôle d’un critique aujourd’hui ?
Le critique de cinéma, c’est une personne qui propose une lectured’un ou plusieurs films. Cette lecture, également appelée critique, peut être publiée à travers divers médiums : presse écrite, magazine, website, podcast audio, podcast vidéo, etc. Le contenu d’une critique comprend généralement un

jugement et une analyse argumentée du film. Ça fait six ans que je m’adonne à la critiquede cinéma. Je suis un des membres fondateurs et un des membres du bureau de l’Association des Critiques Cinématographiques de Madagascar (ACCM). Je suis également membre individuel de la FIPRESCI. J’ai contribuéà la couverture médiatique de divers festivals internationaux de cinéma (Madagascourt Film Festival ou MFF à Antananarivo, le Festival International du Film de Rotterdam aux Pays-Bas, le Festival International du Film de Durban en Afrique du Sud, l’Ojo Cojo International Film Festival à Madrid en Espagne, etc.). J’ai publié des critiques de cinéma dans divers magazines (no comment® magazine, Awotélé, No’o Cultures) et webzines (Africiné notamment). En juin 2020, j’ai été deuxième lauréat d’un concours de critique de cinéma organisé parl’Agence Panafricaine d’Ingénierie Culturelle (APIC).

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir