Zo Tahiana Hariminoson « Un film est un investissement à risque »
10 mars 2023 // Cinéma // 52 vues // Nc : 158

Projeté plusieurs fois dans les salles de cinéma malgache depuis sa sortie en 2022, JOE a connu un réel succès auprès du public. Ce film entre le thriller et le fantastique est le premier long métrage de Zo Tahiana Harimonoson. Il nous dévoile les coulisses du tournage et ses projets.

JOE, l’histoire du film ?
JOE, c’est l’histoire d’un veuf, d’un  père de famille désespéré qui cherche à tout prix à guérir sa fille d’une maladie incurable. Après avoir tout essayé, il est allé voir une guérisseuse traditionnelle. Mais le problème, c’est que celle-ci demande des choses qu’il lui est impossible de réaliser. A travers ce film, je voulais également redonner une seconde vie à la culture occulte malgache qui n’est pas assez représentée dans le cinéma aujourd’hui. Je voulais une histoire qui remet au goût du jour cette facette de notre culture. Mais elle constitue également un décor dans le film. J’aborde également la relation entre les parents et les enfants ainsi que le côté rivalité moderne puisqu’une grande partie du film se passe dans une entreprise.

Comment est venue l’idée d’écrire ce film ?
Au départ, Joe devait être un court métrage mais à cause de mon impatience, je voulais écrire plus long, prendre du temps sur l’histoire et les personnages. Le projet a débuté depuis 2015 au moment où j’ai commencé à repérer mes artistes techniciens.

J’ai travaillé avec eux sur leurs projets et l’affinité s’est installée. Je savais que c’était des personnes talentueuses et que j’allais forcément travailler avec elles. Par exemple, sur la musique originale, il y a Tessa Ratovonar, à la lumière, Andry Rakotoarivony, le cadrage, c’est Kopetha Razafimandimby… L’objectif du film, c’est aussi de mettre en valeur les métiers du cinéma que le grand public, surtout malgache, ne connait pas encore. Le tournage a duré 45 jours étalé sur 3 mois. Le développement du film a pris deux ans si on ne compte pas la première version de 2015 puisqu’à cause d’un cambriolage, on a tout perdu alors que le film était fini à 60 %. Mais je dirais que c’est un mal pour un bien car on a pu réécrire et l’améliorer.

Justement, comment cela se passe-t-il au niveau du matériel et du financement ?
Le matériel est encore un blocage à Madagascar puisque contrairement aux autres pays, ce n’est pas possible de louer du matériel de cinéma. Et en importer coûte trop cher. Donc, nous avons fait avec les moyens du bord, du système D ! Quand on n’a pas les moyens, on trouve des astuces et je trouve qu’on est beaucoup plus inspiré. Par contre, on est resté bien sûr limité. Pour JOE, cela se sent dans la mise en scène, on voit que ça ne bouge pas trop, c’est une réalisation classique avec beaucoup de plans fixes. Quant au financement, à Madagascar, c’est encore très compliqué. Travailler dans le cinéma n’est pas encore considéré comme un métier, on ne peut pas négocier avec les banques puisqu’un film, c’est un investissement à risques. Pour ce film, c’est différent. Le financement vient de quelques entreprises qui ont bien voulu nous aider ainsi que du producteur Rija Harijaona qui a eu confiance au projet.

Le retour du public ?
Nous étions agréablement surpris puisque c’était un pari très risqué, c’est un genre qu’on ne voit pas beaucoup à Madagascar. On avait peur que le public malgache soit habitué à la comédie. Beaucoup de retour positif, les gens ont aimé l’histoire, c’est le plus important. Sinon,  je veux bien qu’il y ait un avenir pour le cinéma malgache. Il y a énormément de talents ici. J’aime penser que le fait d’avoir fait ce film a peut-être réveillé quelque chose chez les gens. Qu’il est possible de raconter des histoires. Les salles de cinéma commencent à s’intéresser aux productions locales, c’est un bon début.  

D’où est venue cette passion pour le cinéma ?
J’ai toujours aimé raconter des histoires. Ce qui a réveillé cette passion, c’était une émission sur le cinéma des effets spéciaux, cela m’a fasciné. Je n’ai pas été dans une école de cinéma mais j’ai appris à travers les livres, les formations, les masters classes, les rencontres, en assistant aux tournages des autres et les expérimentations. J’ai un penchant particulier pour le thriller fantastique et policier.

Les projets ?
Beaucoup de gens demandent une suite à JOE mais l’histoire est bouclée. S’il y aura une suite, ce sera exactement la même histoire, donc cela ne sert pas à grand-chose. Par contre, je prépare mon prochain film qui n’a rien à voir avec JOE ni dans le genre ni dans l’histoire.

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir