Tite Nazarro : Intimement politique
9 août 2023 // Arts de la scène // 69 vues // Nc : 163

Du haut de ses 20 ans, Tite Nazarro, de son nom hors-scène Razanadrakoto Tsiory Narovana, fait déjà partie de ceux qui écrivent l’histoire du slam à Madagascar : 54 mille abonnés sur sa page Facebook, une performance solo à son actif, et des expressions fétiches reprises par les autres slameurs et sa fanbase. Son secret ? Une démarche d’écriture unique en son genre qui concilie la vie publique avec les préoccupations les plus intimes. Au moment de sortir son premier album collaboratif de spoken word, elle revient sur son processus créatif.

Si Tite Nazarro peut se féliciter d’avoir trouvé sa signature seulement quatre ans après avoir intégré Madagaslam, c’est le résultat d’un parcours qui la tiraille dans deux sens opposés. En effet, elle a commencé par des textes intimistes, des secrets d’adolescents où elle continue à puiser son inspiration, même après avoir côtoyé des slameurs qui militent plutôt dans la vie publique, dans ce collectif. « La passion pour l’écriture a débuté au collège, à l’époque, c’était commun d’avoir un journal intime. Je m’orientais donc vers des thèmes autour de l’amour. Plus tard, en 2021, j’ai appris à écrire en malgache et c’est là que j’ai commencé à écrire sur la société malgache, c’était sur le Covid 19. La plupart des slameurs parlent soient de société soit d’amour uniquement, mais moi, j’assemble ces deux sujets, car ce sont deux mondes qui se complètent. » En voulant à tout prix rester fidèle à cette approche, elle a fini par utiliser les expressions génériques « tsy maninona » (ce n’est rien) et « eny » (oui) dans tous ses textes. Aujourd’hui, Tite Nazarro constate, non sans fierté, que ses expressions sont reprises par d’autres slameurs et vulgarisées auprès de son public. « ‘Tsy maninona’ et ‘eny’ sont des expressions malgaches qui existent déjà, mais à chaque fois que je performe un texte, ces mots reviennent constamment peu importe le sujet. ‘Tsy maninona’ pour confronter les deux aspects qui s’opposent dans le texte, et ‘eny’ pour affirmer un propos. » Dans un texte qui s’ouvre avec des vers sur l’inflation par exemple, sa plume bifurque vers l’impact de la hausse du coût de la vie au sein d’un foyer, les disputes au sein d’un couple, le divorce, les enfants qui s’échappent à travers des relations amoureuses toxiques, créant des nouveaux couples qui engendrent de nouvelles problématiques sociétales. Dans ses textes, le domaine politique se mêle de l’intime, l’intime bouscule le cercle public, et le cycle se referme sur lui-même.

Malgré ce côté engagé, Tite Nazarro insiste qu’elle n’est pas une activiste rigide. « Avant d’être un écrivain, je suis un être humain. » Et elle n’hésite pas à mettre en avant ses particularités, le pseudonyme « Tite », tiré de « petite » en est le meilleur exemple ; Tite Nazarro, c’est aussi 1 mètre 50 d’énergie à l’état pur, sans artifice quand il s’agit de déclamer ses textes. « Ce qui est bien avec le slam c’est qu’elle ne requiert pas beaucoup de préparations, pas besoin d’instrumentalistes ni d’accentuer l’apparence, il n’y a que moi, ma voix et mes gestes, a cappella. On s’exprime d’une façon différente du rap, de la poésie traditionnelle et de la musique. » Vu son dévouement aux règles qui fondent l’identité du slam, on se demande qu’est-ce que son album de spoken word va donner, sachant qu’elle y collabore avec des rappeurs. Pour l’instant, Tite Nazarro ne laisse rien échapper de ce projet en gestation, mais l’ambition de la jeune femme promet du lourd. « Dans le domaine du slam, je veux être quelqu’un qui marque mon existence. »

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina
Tite Nazarro : +261 38 23 376 31

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir