Sombiniaina Fotsiny : On ne demande qu’à en rire !
7 septembre 2023 // Arts de la scène // 113 vues // Nc : 164

Humoriste à 25 ans, Laha Sombiniaina Ranarivelo, de son nom de scène Sombiniaina, et Sombiniaina Fotsiny sur les réseaux, dénonce le quotidien des Malgaches par ses vannes. Après une petite descente à Antsirabe et Fianarantsoa, le stand up-er revient à Antananarivo pour enchaîner les présentations en deux langues. En pleine répétition, Sombiniaina ambitionne de mener son sarcasme au niveau régional, et pourquoi pas… l’international.

Du rap à l’humour ?
Je suis tombée dedans par hasard. Au début, je suis venu à Antananarivo dans l'espoir de devenir un rappeur : mon entourage y a cru, la population de Morondava, car je suis né là-bas, vous confirmera que j'ai été l'un des meilleurs de la région. Les vents ont fait que je me retrouve à faire des pas dans le monde de l'humour. Il y a quatre ans, à un moment où j'étais complètement à bout financièrement, j'ai participé à un concours à Ambohipo. J'ai commencé en étant tellement stressé, que les gens n'ont pas ri ; vers la dernière minute, ils ont commencé à accrocher et m’ont demandé de continuer. C'est cet amour du public qui m'a donné envie de continuer ; je me suis senti écouté, et ce, pour la première fois depuis que je suis arrivé à la capitale.

L’humour de remarque, c’est quoi exactement ?
Depuis, j’ai grandi dans le domaine, et j'en ai appris énormément : en essayant de voir les stratégies des humoristes internationaux, j'ai appris les différents styles d'humour. Par extension, je suis devenu un coach pour les jeunes qui veulent s'y lancer. De mon côté, je fais généralement ce qu’on appelle de « l’humour de remarque ». Je remarque des détails de la vie quotidienne que personne d'autre n'a vus, puis j’en parle dans mes sketchs. J’y parle des aventures avec les taxi-motos, de délestage, ou des problèmes de coupure d’eau. Mon objectif n'étant pas de râler, mais que l'on puisse rire de nos galères quotidiennes.

Justement, tu parles souvent des sujets assez sensibles…
Je suis un humoriste stand up-er semi-engagé. Par semi-engagé, je précise que mon objectif n'est pas d'inciter le public à des manifestations, mais de mettre les poings à travers mes sketchs. Je parle de ce que je vois au quotidien, en tant que Malgache : des coupures d'eau et d'électricité, des promesses en l'air ici et là. À travers les vannes, je porte plainte. Mais bien sûr, j'en parle comme si je m'adressais à mon père. Je l’aborde de manière à ce que l’on puisse bien le digérer. Et si je me prends une gifle, ce sera peut-être mérité, mais l'important est que ces plaintes - qui concernent tous les Malgaches - trouvent leur chemin. À mes débuts, j'ai beaucoup mis l'accent sur les défauts humains comme la drogue, la polygamie…. J'ai fait du chemin, en partant de ces sujets qui touchent quelques jeunes à des thèmes généraux qui s’adressent à toute une population.

Podcast, sketchs bilingues…
Dans l'immédiat, je prévois de faire le tour d'Antananarivo avec mes spectacles. Mon second projet, qui est assez intéressant, est de sortir mon premier podcast. Il arrivera bientôt. Et bien évidemment, j'espère un jour aller au niveau régional et ramener un prix à Madagascar. Je prévois de m'inscrire au Prix RFI Talent du Rire, un concours regroupant des humoristes de toute l'Afrique, et où j'ai été finaliste il y a un an. J'aimerais, cette fois, revenir en Barea, et qu'en me voyant, les gens disent "dès que je te vois, j'ai envie de rire… à l'international". Pour m'entraîner, j'écris mes sketchs en français, et une version traduite m'accompagne afin de mieux m'adapter au public.

Un humoriste à message ?
J'ai également pour ambition de participer à un concours national d'éloquence, une façon de dire que mes projets changent au fur et à mesure que j'avance. Dans tout ce que j'entreprends, je fais un clin d'œil aux jeunes, en les incitant à travailler et à s'intéresser à la vie politique du pays. D'ailleurs, j'aimerais m'adresser à tous ceux qui veulent commencer dans les métiers artistiques : ce n'est pas la drogue qui aide à le faire, et je l'ai appris à mes dépens ; quand j'ai arrêté, ça a été le moment le plus productif de ma vie. Sans revenir à mes précédents sujets, j'aimerais appuyer ce point en particulier. Sinon, les sketchs et les plaintes continuent !

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa
Sombiniaina : 032 99 564 08 (numéro et WhatsApp)

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir