Nirina Ralantoaritsimba : Artiste transdisciplinaire
8 octobre 2023 // Que sont-ils devenus ? // 91 vues // Nc : 165

En août 2013, Nirina Ralantoaritsimba paraissait dans le numéro 43 du no comment® magazine. Elle y parlait du long métrage « Amour et Turbulences » qu’elle a co-écrit. En effet, l’écriture scénaristique était la dominante de sa pratique. Dix ans après, cette artiste franco-malgache est repassée à Madagascar pendant deux mois, un moment de partages durant lequel, elle a enchaîné les entretiens, les conférences et les ateliers, témoins de la diversification de sa pratique ces dernières années.

Comment votre pratique a-t-elle évolué ?
Il y avait l'actualité de ce long métrage « Amour et Turbulences » que j'avais co-écrit (film qui passe encore régulièrement sur les plateformes et sur France 2).
Mais depuis 2013, cette pratique artistique s'est totalement diversifiée. Comme j'aime à le dire, aujourd'hui, je m'affirme « spécialiste de la non-spécialité », car je suis une artiste fondamentalement transdisciplinaire.
Je passe mon temps à expérimenter des combinaisons plus ou moins inattendues entre les disciplines et les genres, en cinéma, en écriture littéraire, en peinture, calligraphie, théâtre, musique, chanson...

Qu’est-ce qui en est sorti ?
L'écriture littéraire a pris plus de place dans ma vie. J'ai écrit des livres dans des genres différents.

Pour citer les principales œuvres : un roman « Nous sommes les ancêtres de ceux qui ne sont pas encore nés » (Librinova, 2017), un recueil poétique « Multidimensionnelle, et vous ? » (Papirus éditions, 2021) qui est un abécédaire autobiographique, des nouvelles (éditions du Caïman et éditions Dodovole, 2022), « Le Lieutenant Albert » et « Le gardien du tombeau ». Ensuite, l'écriture scénaristique fait toujours partie de ma vie. En 2018, j'ai réalisé un court-métrage co-écrit avec mon frère Julien Ralanto et produit par Révérence (soutenu par le CNC et l'Adami), il s'intitule « Le Créneau » et parle d'une histoire intergénérationnelle entre une grand-mère et son petit-fils. J'ai aussi réalisé et autoproduit un film expérimental qui s'intitule « Le Cerceau quantique », c'est un itinéraire intuitif de définition de moi en tant que femme artiste

Et à l’ère d’internet en particulier ?
Parce que la création artistique connaît un nouveau chemin de fabrication et de diffusion grâce à internet, j'ai aussi continué d'investir ce champ, en créant encore plus de formats numériques qu'on peut visionner sur ma page Youtube (mais aussi sur mon profil FB ou Instagram, récemment un peu sur Tiktok aussi) : « Dialogues intérieurs » (dialogue à deux sur l'intériorité), « Dialogues métis » (dialogue à deux sur le métissage et le multiculturalisme), « Lectures vivantes » (lecture d'extraits de livres sur l'africanité)... En musique, j'ai enregistré et produit deux singles l'an dernier : « No Drama » et « Minuit » qu'on peut écouter sur les plateformes (Spotify, Deezer, Youtube...). En peinture, j'ai organisé des expositions en Nouvelle Aquitaine avec mes toiles abstraites et mes pastels de couleurs, j'ai co-peint des murs avec ma sœur artiste en France et en Espagne.

Pour quel résultat final ?
Mon actualité du moment, c'est la publication en juin dernier aux éditions Honoré Champion de mon essai intitulé « En Californie, les Français écrivent leur ruée (1848-1915) ».  Il s'agit d'un travail d'écriture issu de mes recherches en thèse de littérature sur les récits de voyage. J'y étudie ces textes autobiographiques et ethnographiques en détail, pour en faire sortir les questions interculturelles que cela engendre dans la construction des mythes et leur disparition au fil du temps. Un peu plus loin dans mon actualité artistique, en avril-mai dernier à Madagascar, avec des jeunes des villes de province, nous avons co-créé des fresques murales. Les œuvres collectives picturales sont accessibles au public, l'une dans la médiathèque de l'Alliance Française d'Ambositra, l'autre dans la rue de l'Alliance Française et du marché artisanal de Tuléar. Tous mes sens étaient en éveil et cela va évidemment nourrir mes écritures en cours sur Madagascar et mes racines franco-malagasy !

Les prochaines pages de votre parcours d’artiste ?
Beaucoup de livres en gestation qui ne demandent qu'à sortir de mon ventre... Et pour créer de la nouveauté plus corporelle, je souhaite aussi revenir derrière et devant la caméra. La réalisatrice veut tourner et montrer de nouvelles histoires, et la comédienne veut jouer, incarner de nouveaux personnages. Histoires et personnages inspirants, questionnant, nuancés, paradoxaux, complexes, encore peu représentés jusque-là, afin d'éclairer le spectateur dans sa propre vie pour l'aider à nuancer son jugement sur toute chose et à accepter la différence dans tous ses états. Enfin, je souhaite aussi revenir sur scène au théâtre, avec un seule-en-scène qui me ressemble au plus près, en incluant de la musique, de la peinture et de la chanson.

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina
Contact : +33 6 20 98 77 36

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir