Morning D « On réveille les gens avec quelque chose de léger »
29 mai 2024 // Media & Add-0n // 115 vues // Nc : 172

Cela fait 12 ans que l’émission Morning Dnous réveille, de 6 heures 15 à 8 heures sur la chaîne de télévision Dream’in. Retour sur cette émission devenue culte qui n’en finit pas d’évoluer, avec l’animateur phare, Christian Ratovonony.

Vos rubriques en constante évolution ?
Il y a les rubriques de base des matinales, avant il y avait la météo, les horoscopes, les cours de change, les rubriques insolites et astuces, ce sont des rubriques basiques. Après on s’est rendu compte qu’on n’a pas forcément besoin de présenterla météo. Nous avons ajouté des rubriques et arrêté certaines, elles vont et viennent avec les animateurs aussi. Là par exemple, on a des rubriques sur la faune, la flore.
Si un animateur prend la rubrique de quelqu’un, c’est mieux qu’il apporte sa touche personnelle au lieu de faire pareil. Notre but c’est aussi de donner des connaissances tout en s’amusant, on réveille les gens avec quelque chose de léger, quelque chose dont ils peuvent se souvenir rapidement, comme les petites leçons d’anglais. Tous les six mois nous nous réunissons pour savoir ce qu’il faut améliorer.

Tout comme le plateau…
Les animateurs donnent leur avis quand nous voulons changer le décor sur le plateau, et nous faisons appel à un prestataire pour le réaliser, un graphiste se charge du fond de plateau. Parfois nous dessinons à la main, et réalisé en maquette après. Le prestataire se charge ensuite de réaliser telle table ou telle cuisine. Le plateau est aussi décoré en fonction des différentes périodes et divers événements, il y a des sapins à Noël, des décorations autour de la Saint-Valentin.

Le retour des spectateurs ?
Nous réfléchissons sur les retours que nous recevons, pour ajuster la durée par exemple, en fonction de leurs demandes et nos propres réflexions. Il arrive aussi que les gens nous envoient des messages privés. Nous changeons quand il y a beaucoup de retours, ou pas, il y a quand même des choses qu’on doit un peu forcer. Nous ne connaissons pas le taux d’audience, on ne sait plus quelle agence de sondage est fiable, par contre, si nous faisons une blague, les gens réagissent, comme la fois où nous avons donné le numéro de Volasoa, son téléphone a beaucoup sonnéaprès. Nous avons 800 000 abonnées sur la page Facebook de Dream’in, mais les extraits de Morning D que nous y diffusons peuvent avoir 1000 vues en une heure.

Comment gardez-vous la relation avec eux face aux réseaux sociaux ?
Maintenant qu’ils ont moins de data, ils vont de nouveau regarder la télévision ; c’est vrai que les gens sont habitués aux réseaux sociaux, il faut chercher des moyens pour les relier à la télévision, s’ils ne peuvent pas suivre l’émission directement, ils en entendront quand même parler sur les réseaux sociaux. Les gens continuent à suivre car il y a des jeux en direct. Nous espérons aussi que la télévision à Madagascarne sera plus hertzienne, si la connexion devient abordable, ce sera une habitude de regarder la télé par Internet.

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir