MIneurs mineurs
10 mai 2023 // Photographie // 55 vues // Nc : 160

Peu importe la distance parcourue le long de la rivière d’Ikopa, jeunes et vieux, tout le monde comprend la valeur de l’or. L’extraction de l’or sur la rivière d’Ikopa remonte au moins au 19e siècle. L’Ikopa est le deuxième plus long cours d’eau de Madagascar, ses rives produisent une part considérable de la production aurifère du pays. Ces dernières années, l’extraction aurifère artisanale est devenue prédominante sur la rivière, en partie à cause des possibilités économiques qu’elle offre.

1.La rivière Ikopa après le coucher du soleil près d’Anatanimbary.

L’exploitation aurifère artisanale à Madagascar contribue de manière significative à l’économie faisant travailler entre 750.000 et deux millions de personnes. Cependant, l’activité minière est informelle et non réglementée. Le nombre de mineurs varie selon les saisons, car les conditions d’exploitation minière sont influencées par les conditions météorologiques et le niveau d’eau de la rivière. Pourtant, elle est considérée comme une bouée de sauvetage pour beaucoup, car elle constitue un complément de revenu pour les mineurs.

2.Les mineurs d’or sur le chemin du retour de la rivière d’Ikopa.
3.Complètement chargés, les bateaux du matin transportent des mineurs d’or sur le site minier de la rivière d’Ikopa.

Des méthodes rudimentaires sont utilisées pour extraire l’or, et les mineurs à Ikopa sont soit des orpailleurs soit des concasseurs de roche. On dit que certains utilisent l’amalgamation au mercure. Un travail acharné pour dire le moins. Ici, dans le village d’Antanimbary, les jours commencent tôt. Le fatapera (réchaud à charbon de bois) est déjà en place et bien approvisionné à 4h30, le riz qui sera bientôt prêt. Les habitants de ce village sont considérés comme pauvres, mais plus ou moins riches, car ils peuvent se permettre de manger du riz deux à trois fois par jour. Les épiceries sont bien approvisionnées et le commerce des haut-parleurs est en plein essor.

4.Valerio (15 ans) Valisoa (5 ans) et Mamy (11 ans) ont commencé à travailler ensemble en groupe cette saison.
5.Rakoto (70 ans) est un mineur saisonnier, sinon, lorsque l’eau de la rivière monte, il est un cultivateur

Tôt le matin avec le soleil, comme le site minier le plus proche se trouve à environ 6 km du village, la plupart des mineurs arrivent avec leurs poêles et pelles à 8h. L’endroit du jour est choisi en fonction du premier arrivé, premier servi. Ensuite, chacun à leur tour choisi en fonction de leurs pressentiments ou des rumeurs d’hier. La majorité des mineurs sont des couples ou des familles, d’autres ont formé un groupe d’investissement pour acheter une pompe et le reste est factotum. Chaque jour, les mineurs se rendent sur le site et sont sûrs que le moment qui justifie les mois sera aujourd'hui.

6.De petites coopératives sont formées afin de réunir l’argent pour la pompe, les tuyaux et d’autres outils pour augmenter la production.
7.Annie (11 ans) et Joël (42 ans) sa mère ont décidé de venir ici pour pouvoir payer les frais de scolarité et les livres d’Annie.

Ici, le soleil de midi frappe fort, l’ombre est loin, le dernier arbre est à des kilomètres. Les mineurs admettent que les arbres ont été enlevés par les mineurs à la recherche d’or dans et sous les racines. Bien que l’eau de la rivière soit visiblement sale, elle est fraîche et sert de source d’eau potable. Et le courant de la rivière ne doit pas être pris à la légère, car les noyades sont fréquentes. Entre-temps, les mineurs sont concentrés et attaquent le lit de la rivière. Les enfants et les adolescents sont sur un site commun dans l’eau et travaillent dur également. Certains aident leurs parents, d’autres ont formé leurs propres groupes miniers. «Ici,  les enfants ne savent ni lire ni écrire même leurs noms, mais pour calculer l’argent de l’or, ils sont précis à l’Ariary», explique Solofo (36 ans), propriétaire d’une maison d’hôtes.

8.Marie (30 ans) et Simba (51 ans) son mari ne peuvent que se faire confiance pour ce travail dans l’espoir de pouvoir se permettre une vie décente pour leur troisième enfant.
9.Kristina (5 ans) est en train d’apprendre la ligne griseentre le jeu et l’or panoramique sur l’Ikopa.

Chapeaux, yeux vigilants, muscles tendus avec plein d’espoir; chaque éclaboussure, chaque pierre écrasée, chaque marteau, chaque poêle semble défier les rimes de l’Ikopa. La pause déjeunée est courte, juste le temps d’avaler le reste du riz ou du apango du petit-déjeuner ou une tranche de koba ou un mofo baolina des vendeurs ambulants et retour dans l’eau, à la recherche de la plus grande pépite d’or jamais trouvé!

10.Fatigué, brûlé par le soleil, sans ombre, un mineur s’écroule près de sa poêle.
11.Olga (27 ans) surveille les découvertes d’or de son équipe de cinq personnes aujourd’hui.

En début d’après-midi, la majorité des mineurs sont frappés par le soleil, les trempettes régulières dans l’eau ne suffisent pas, car la température atteint facilement les 35°C en octobre. La fatigue s’installe rapidement et le rythme ralentit. Maintenant, les particuliers paient plus de visites à la poêle pour évaluer les retours de la journée. Personne n’obtient plus que ce qu’il mérite, mais tout le monde a les yeux rivés sur la poêle du voisin. À 17h, l’Ikopa est déserté par les mineurs, mais pas par les baigneurs. Ses mineurs rentrent avec quelques milligrammes d’or plus lourds et plus lumineux. Pour Edie (30 ans), une primo factotum venue en « vacances » comme elle le racontait à ses amis d'Antananarivo, le retour quotidien d'environ 10 000 ar à 20 000 ar (soit 2-4 euros) de ce travail pouvait à peine lui assurer les frais d'équipement, de transport et d'hébergement. Son seul souvenir à Tana après 10 jours de travail était des mangues et un sac de charbon.

12.De retour à Antanimbary, les collectionneurs d’or sont ouverts tard dans la journée. Madame Mialy (30 ans) vend ses découvertes du jour de 0.04 gr d’or pour 5.800 Ar.
13.Pour certains, travailler dur signifie boire beaucoup.

Les histoires de kilos d’or des rives de l’Ikopa et la richesse au-delà de la croyance sont les principales conversations. Ici, les spéculations sont nombreuses et les lois ne le sont pas. Les commérages mélangent la vérité et les mensonges, l’insécurité générale augmentent la peur et les histoires de sorona (humain sacrifice) intensifient les soupçons sachant que sur les rives dorées d’Ikopa, le contrat de fiducie est inexistant.

De retour à Antanimbary, la musique est forte et l’atmosphère est festive. Dans leurs cabanes, les mineurs d’Ikopa peuvent enfin évaluer les bénéfices de la journée et distribuer les actions. Dans le village, les  collectionneurs restent ouverts tard et chaque gramme d’or se vend pour environ 160 000 ar. Pour les mineurs, cela suffit pour avoir du riz pour le dîner et le petit déjeuner avant de revenir demain pour perturber les eaux de l’Ikopa.

Texte et photos : Toni Haddad

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir