Kheman « Rétablir les sound systems à Madagascar »
15 janvier 2024 // Musique // 196 vues // Nc : 168

Bien qu’il existe depuis presque 60 ans, le reggae reste une musique sous-estimée d’après l’artiste reggae Kheman. Alors, il fait sa part avec sa musique, et avec le sound system Ital Tunes. Grâce à ces deux activités, il veut diffuser le reggae à un public plus large, le débarrasser des stéréotypes et faire comprendre ce dont cette musique est capable.

Pourquoi Ital Tunes Sound System ?
Le sound system, c’est comme une boîte de nuit où on ne passe que du reggae et du dance hall, avec des animations spéciales.
C’est un partage de culture et de musique. Sans cette plateforme, c’est difficile de diffuser le reggae dans la masse. C’est pour être diffusé dans les sound systems que le reggae a vu le jour, et ce sont les sound systems qui le propagent, plus que la radio et la télévision.
À Mahajanga, il y avait le Kilimandjaro Sound, et le Kingston Sound, puis il y a eu One Love Sound à Antananarivo. Mais depuis une dizaine d’années, Ital Tunes Sound System est le seul qui est actif à Madagascar.
Nous avons arrêté il y a trois ans et nous nous sommes rendu compte qu’il n’y en avait plus, alors nous sommes en train de reprendre, et si tout se passe bien il y aura un sound system bientôt.

Dans ce genre d’événement, il y a plusieurs sous embranchements : le selecta qui choisit les musiques, et il y a le DJ qui est aussi le maître de cérémonie, c’est plutôt un animateur. Je suis à la fois selecta et DJ. Peut-être qu’il y aura une centaine de personnes au début, puis des milliers plus tard, réunis chaque semaine.

Mais y a-t-il une offre à la hauteur d’un sound system à Madagascar ?
J’ai commencé à être animateur sound system vers 2011, à Fianarantsoa. La salle était pleine à craquer alors que c’était une soirée reggae improvisée, de 20 heures à quatre heures du matin. Suite à quoi un connaisseur s’est approché pour nous dire qu’il ne s’attendait pas à être aussi impressionné à Madagascar. Sachant que cette personne a déjà assisté à des sound systems en Afrique du Sud et au Japon, entre autres. C’était un retour très encourageant pour une première soirée, alors j’ai continué. Il y avait aussi un projet de One Regime Album en 2016. C’est-à-dire qu’au lieu d’un album où il n’y a qu’un seul artiste, il y a un seul instrumental sur lequel plusieurs artistes chantent, il peut donc y avoir 15 artistes sur l’album. Ce projet voulait intégrer un artiste par pays, et j’ai été très ravi d’avoir été choisi pour Madagascar.

Justement, quelle musique proposez-vous ?
Je travaille avec les genres de musique qu’on trouve dans le sound system, mais actuellement, je donne plus de place à mes propres inspirations. Il y a certains titres où avec des touches malgaches, mais au lieu de fusionner les genres musicaux, je les arrange comme une suite : du ska, de la musique du sud de Madagascar, du ska, du salegy pour revenir au ska après. Même en incorporant plusieurs influences, je garde l’authenticité de la musique.

Pour quelle finalité ?
Je laisse le spirituel et le surnaturel aux autres, même si j’admire les artistes qui sont très poétiques dans leur expression. Je suis plus terra à terre avec des sujets comme la politique pratique, l’économie, l’éducation et l’écologie. Ce sont des thèmes qui me tiennent à cœur car il y a des idées que je veux développer dans ces sujets-là. Je m’engage donc sur plusieurs fronts, mais c’est la cause d’environnementale qui me tient le plus à cœur. Je suis également panafricaniste et afrocentriste, sans pour autant tomber dans un communautarisme raciste. Car il arrive que l’afrocentrisme soit considéré comme une idée qui écarte tout ce qui n’est pas africain, or, s’aimer soi-même ne veut pas dire détester les autres.

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir