Hichim : Comores and more !
4 février 2024 // Arts de la scène // 122 vues // Nc : 156 - 157

Il a remporté le Championnat national de slam qui lui permettra de participer -  en malgache ! -  à la Coupe du monde de slam à Paris, en mai prochain. Pas mal pour ce jeune natif des Comores, débarqué au pays il y a tout juste trois ans.

Abdoulanlim Abdillah alias Hichim est un habitué des concours, qu’il remporte haut la main. Ainsi, en 2022, du tournoi Slam inter-Alliances sur les 10 mots de la francophonie et de La planète te lance un SOS, organisé par E-Tech. Pour le 13ème Championnat de slam national, catégorie individuelle, qui a eu lieu en décembre dernier, sa victoire n’était plus vraiment une surprise, même si le score était serré entre lui et Vitsika. « Nous étions tous les deux les représentants de Tana. Pendant la finale, il a dépassé les trois minutes règlementaires et cela lui a valu une pénalité. De mon côté, j’ai eu 149,7 sur 150. Cette victoire est vraiment satisfaisante, même si ce n’est pas ma première participation. »

Durant la finale, il a proposé trois textes : une parodie d’un politicien se présentant aux élections présidentielles, un deuxième sur la discrimination et le dernier sur la religion, un musulman qui courtise une fille témoin de Jéhovah. « Les textes que je fais sur scène, je ne les publie pas sur ma page. Donc, si les gens veulent quelque chose de différent, il suffit de venir me voir sur scène. » CQFD ! Ses poèmes sont aussi disponibles dans son premier recueil Bouts de Pas-Pieds publié par la maison d’édition comorienne 4 Étoiles basée en France, lui-même étant natif des Comores.

Il y décrit un « rêveur dans le monde de l’écriture ». « Je pars de l’idée que j’ai été poète dans une vie antérieure et cela s’est révélé quand j’ai découvert l’écriture. Le recueil rassemble des textes regroupés dans différents chapitres : Un rêveur dans un asile, Le rêveur à l’envers, Les poèmes de terre… »  

Hichim a également créé un nouveau spectacle, Chaise Vide 19, mélangeant poèmes et chants en collaboration avec les artistes du collectif comorien l’Art de la Plume, Akamar Hamza et Antoyi Soule, la guitariste Dee Andriambleo pour la première représentation à Antsirabe, avec la guitariste et chanteuse Moni pour la tournée à Tana et Mahajanga. « Le spectacle parle d’une épidémie de haine. La scène se déroule à l’hôpital, les gens viennent consulter quand ils ont un excès de haine et dès qu’ils s’assoient sur la chaise, ils sont guéris. Cette chaise illustre l’empathie et l’amour. »

Arrivé à Madagascar en 2019, Hichim a intégré l’association Madagaslam dont il salue le combat pour l’intégration du slam dans le paysage artistique malgache, remarquant au passage que les livres et le rap se diffusent mieux ici à Tana qu’aux Comores. « Chez moi, à Moroni, il y a une scène slam juste une fois par mois, alors qu’à Tana c’est une fois par semaine avec une participation de 50 slameurs à chaque fois. »

Pour la Coupe du monde de slam à Paris, en mai prochain, le challenge pour lui sera double : représenter un pays qui n’est originellement pas le sien et s’exprimer en malgache, la langue du pays qu’on représente, comme le stipule le règlement de la Coupe du monde. « Pour moi, le slam est un art sans frontière. Donc j’aime l’idée de devoir me servir du malgache pour faire passer mes messages. »

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir