Hary Joël : Un cinéaste expérimental
7 avril 2023 // Cinéma // 55 vues // Nc : 159

Son court-métrage « La Maison des Poupées A la Mémoire des Hommes et de leurs rêves de Cendre Enterrés Sous le Regard De Minuit Pendant que les Douces Barres Du Dédales Animal Couvent le Vrai Maitre de la Cage et des Mensonges du Bercail » a remporté le Poulain d’argent de la 28ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) en mars dernier. Le jeune cinéaste de 21 ans, également étudiant en histoire, voyage entre rêve et expérimentation.

Pourquoi un titre aussi long ?
C’est une référence aux noms malgaches, ça raconte une histoire. J’aime aussi la poésie qui se dégage de ses titres longs. Aujourd’hui, ce sont plutôt dans les animés que l’on retrouve ce genre de titre. D’ailleurs mon premier animé avait aussi un titre très long mais je ne m’en souviens plus. Par contre, c’est un animé muet avec des cartes comme dans le cinéma des années 20.

D’où est venue l’idée de créer ce film ?
En fait, dans ma tête, j’ai toujours des films qui passent. Parfois, j’ai moi-même l’impression d’être dans un film et que nous sommes tous des acteurs. Je ne sais pas si on peut qualifier cela de « rêve éveillé. » Donc, j’ai envie de transcrire ces « rêves » de façon plus concrète.
Pour résumer le film, c’est l’histoire d’un jeune homme qui se perd dans un immeuble sans fin.

C’est un peu ma vision de Tana, une grande ville qui ne finit jamais où moi-même je me perds parfois. L’ivresse des villes comme on dit. Mais c’est également valable dans le cas de la société actuelle. J’ai réalisé ce film pendant six mois, du mois de décembre 2021 au mois de juin 2022. Pour les acteurs, j’ai choisi des comédiens de la Cie Miangaly Théâtre et sinon, pour l’équipe technique, j’ai fait appel à des sociétés qui ont bien voulu travaillé avec moi.

Un style de cinéma plutôt expérimental ?
Je regarde beaucoup de films expérimentaux, qui ne suivent pas forcément les normes. Par exemple, il y a des films mainstream (très populaires) qui utilisent des éléments originaux comme Scott Pilgrim ou encore French Dispatch. Parfois, ce sont des films qui sont des échecs mais dont j’admire l’audace des réalisateurs. Je m’inspire aussi de mes expériences personnelles mais je suis également influencé par le mouvement artistique lié au surréalisme. J’ai découvert le cinéma quand j’ai suivi mes études au Collège Saint-Michel à Amparibe. On avait la possibilité de créer de raconter des histoires à travers des comédies musicales de 30 minutes. J’ai également suivi des études en Communication pendant trois ans, toujours dans le même collège. Nous avions un programme qui s’appelait ATP ou Atelier de Production qui nous permettait de créer des courts-métrages. Ensuite, je me suis dit que je pouvais m’ouvrir vers d’autres horizons et pourquoi pas à l’international.

Vos projets ?
Avec pleins de choses dans ma tête, oui, je prépare un prochain film. Peut-être que celui-ci sera sans titre cette fois-ci…

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir