Geoscar : Des maux aux mots
3 septembre 2023 // Musique // 184 vues // Nc : 164

Rappeur du moment, Nomenjanahary Anicet aka Geoscar ose avouer ses états d'âme dans les sons et les textes. Cet originaire de Manakara défait les tabous sur la dépression à Madagascar par des lyrics tout aussi motivants que frappants. Rappeur depuis 2015, il prévoit de sortir prochainement son prochain album « Atlas », un produit qui est passé par bien des tumultes.

« Tairo mandroso fa tsy olana », (Allez, on avance) parce qu'il n'y a rien d'insurmontable. Geoscar fait parler de lui par cette phrase atypique tirée de son tube « Tsy ho lasan'ny rivotra ». À plus de 200.000 vues sur les réseaux et 181.000 sur YouTube, Geoscar explose les classements et devient le rappeur du moment. Le morceau est pourtant la suite d'un moment sombre. «  Je l'ai écrit en une nuit, à un moment où je me sentais vraiment déprimé. Ce texte, je l'ai écrit pour moi pour me donner de la motivation » confie le jeune rappeur. Une écoute au morceau, et l'on entend « Alefa Geoscar », expression qui n'est pas arrivée par hasard. « C'est une phrase que je voulais me dire, mais à laquelle d'autres personnes se sont identifiées. Au final, c'est devenu Alefa tout le monde ! » De tous ses textes, le maître-mot reste la motivation - dans le travail ou les études : une ode pour faire face aux combats sans fins livrés par le mal-être.

« Tsy ho lasan'ny rivotra » n'est que la mise en bouche d'un album sur la motivation. Atlas est le nom désigné par le rappeur pour son opus. « J'ai choisi ce nom en référence à celui qui a été condamné à porter le poids du monde (Atlas, titan de la mythologie grecque). Pour moi, cette sensation existe bel et bien. » L'album ne s'est pas fait en un jour : cuisiné depuis décembre 2022, le rappeur a dû faire face à des problèmes techniques qui l'ont poussé à réenregistrer une grande partie. Le rappeur continue sur sa lancée, et l'album est prévu sortir dans les mois à venir, avec toujours, des textes basés sur la motivation. « J'écris très peu de textes sur l'amour. Ce que je veux, c'est parler de ces choses que personne n'ose exprimer, des événements de la vie que d'autres artistes laissent souvent passer sous silence. » L'album Atlas sera bientôt disponible sur les plateformes d'écoute, pour tous et particulièrement, ceux qui cherchent dans les mots et la musique un peu force pour avancer.

Rappeur depuis 2015, Geoscar emmerge de son quartier d'Avaratr'Ankatso pour se produire un peu partout : d'Antananarivo à Antsirabe, et Fianarantsoa. Dirigé par Jiolambups, l'artiste a grandi en écoutant du rap. « Mon cousin me faisait écouter du rap comme Raboussa, Shao Boana, ou encore Big Jim Dah. Je commençais déjà à écrire, sans me rendre compte que plus tard, je choisirais ce genre de musique. » Pour l'artiste, s'exprimer est plus facile par le rap. « C'est le meilleur outil pour faire passer un message long en un temps court : un quatre-mesure en rap équivaut à toute une chanson pour les autres genres. » Dans son évolution, Geoscar est à son cinquième album après son EP en janvier 2023, Opération Cake, qu'il a utilisé pour payer ses études à l'Université. À 23 ans, Geoscar est rappeur, membre du label Kolontsaina Mainty, et étudiant à l'Université d'Antananarivo. Face à la vie, l'artiste porte son message : « On peut déprimer, mais pas laisser tomber. » Le rappeur porte en lui et à son public l'espoir que les rêves seront atteints, et ce, au moment opportun ; il n'y a qu'à tenir bon.

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir