En ville avec Jo Aina
29 novembre 2023 // Downtown // 117 vues // Nc : 166

Jo Aina Harimanjato est un artiste pluridisciplinaire actif à Madagascar. Il jongle habilement son engagement artistique avec sa vie quotidienne, ses amis et la culture. Avec des expositions en solo, à Madagascar et ailleurs, sa propre marque de vêtements, et un événement phare du milieu culturel malgache (Cla Event), son univers éclectique est rempli de bonnes adresses et de découvertes. Il nous en fait cadeau dans cette interview.

Votre resto favori ?
J’aime explorer la scène culinaire de Madagascar. Mon restaurant favori est Ny Kanto, situé en face de chez moi à Ankorondrano.
On y propose des plats malgaches, ce sont principalement les travailleurs des environs qui y viennent pour déjeuner.
Ce que j’apprécie le plus, c’est qu’on peut y acheter séparément les mets, donc composer soi-même son repas : un petit plat de brèdes, de viande, etc.

Une boisson fétiche ?
Je varie mes choix de boisson en fonction de mon état d’esprit, de mon « mood. » J’opte pour une bière quand l’ambiance est détendue, mais je préfère le whisky pour des occasions plus…sérieuses. Mais toujours avec modération.

Où faire du shopping ?
Plutôt que d’acheter des vêtements, je me tourne vers les marques locales, surtout depuis que je crée moi-même des vêtements. Parfois, je m’habille avec des marques créées par les amis. Il y a de nombreuses marques locales qui font de belles choses.

Votre plat préféré ?
C’est le couscous, notamment en tajine, avec de l’agneau bien macéré et tendre, accompagné d’une bière.

Les meilleurs plans pour débuter une soirée ?
Je commence mes soirées au « Bonnet Rouge » pour déguster des masikita et boire de la bière. Ensuite, nous faisons le tour des boîtes de nuit. Mes soirées se terminent souvent avec un vary amin’anana dans les premières heures du matin.

Un endroit pour s’évader ?
Je recommande Diego. J’y ai récemment vécu une expérience enrichissante sur les plans spirituel, physique et humain. La convivialité des habitants m’a marqué et la possibilité de tisser des liens avec de nouvelles personnes pour mon séjour.

Les bons plans pour les vacances ?
J’apprécie particulièrement Mahajanga. C’est une destination animée où la fête est toujours au rendez-vous. C’est l’endroit idéal pour s’amuser sans relâche. Je prévois aussi de visiter Sainte-Marie pour la première fois et j’ai hâte de découvrir ce lieu.

L’événement culturel qui vous a marqué ?
J’ai une préférence pour les pièces de théâtre, car elles m’obligent à être attentif pour comprendre. J’ai été marqué par la pièce Betro Elektriky pour sa puissance, qui a été dirigée par le danseur et chorégraphe Nazaria Tooj. De plus, les événements culturels comme le Cla Event me permettent de vivre des moments intenses avec d’autres passionnés d’art.

Votre actualité ?
Après une période de réflexion, je retrouve progressivement ma routine. Je prends soin de moi et prépare la prochaine édition du Cla Event pour début 2024. Je fais aussi partie d’une exposition collective à venir à Hakanto Contemporary à Ankadimbahoaka.

Propos recueillis par Mpihary Razafindrabezandrina
Jo Aina : +261 32 05 777 33

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir