Chef Rajoha du Café Mary (Tana)
22 novembre 2023 // Gastronomie // 114 vues // Nc : 166

Situé à Ankandimbahoaka dans l’enceinte de l’Alhambra Gallery, le Café Mary est à la fois un salon de thé et un restaurant moderne. En cuisine, le Chef Rajoha propose un voyage culinaire du Japon à Madagascar.

Le chef Michael Rajoharimanana, plus connu sous le nom de Chef Rajoha, est diplômé de cuisine et de pâtisserie auprès de l’Institut d’art culinaire Le Cordon Bleu à Tokyo au Japon.

Il a étudié l’art culinaire pendant sept ans et tombe amoureux de la cuisine japonaise.
« Il est vrai que ma reconversion s’est faite un peu tard. J’ai d’abord étudié le Droit et la Communication avant de me tourner vers la cuisine. Je suis spécialisé en cuisine japonaise, européenne et bien sûr Malagasy. » Passionné et perfectionniste, le chef Rajoha trouve dans la cuisine un moyen d’exprimer sa créativité et surtout de créer du plaisir. « La cuisine, c’est le partage et la bonne humeur. »
Après ses études, il suit plusieurs stages dans des établissements français étoilés, mais également japonais.

Par la suite, toujours au Japon, il ouvre son propre restaurant avec un associé. « C’est un restaurant où nous mettons en valeur les pays africains. Chaque mois, un pays était représenté à travers la cuisine. » A son arrivée à Madagascar en 2018, il ouvre son propre établissement sous le Rajoha Signature et travaille également au sein du Café Mary. « Ici, je fais plutôt des réinterprétations de la cuisine japonaise. Ce n’est pas possible de retrouver les mêmes produits. Le point commun entre la cuisine malagasy et japonaise, c’est l’utilisation du riz. Par contre, le mode de cuisson est différent. Cela est valable pour la viande et les légumes. La cuisine japonaise est très saine et utilise peu de matière grasse. »

Présentez-nous votre style ?
Une cuisine populaire japonaise qui se rapproche de la cuisine malagasy. Mais c’est surtout une découverte de goût. Sans oublier la cuisine classique du monde.

Quels sont vos produits de prédilection ?
Le riz, le poulet, la viande.

Quels sont les ingrédients récurrents dans vos plats ?
Le soja, le sésame, les légumes. La cuisine japonaise est très équilibrée.

Le plat qui vous rend coucou ?
Le côté japonais, ce seront les sushis. Sinon, le côté malgache, de la viande de porc et des haricots ou le henomby ritra (mijoté de zébu).

Votre boisson préférée ?
Sans hésiter, le café !

À quelle fréquence modifiez-vous votre carte ?
Pour le moment, nous allons intégrer un nouveau plat tous les jours.

Comment vous y prenez –vous pour créer un plat ?
Je m’inspire beaucoup des produits que je trouve sur le marché : les couleurs des légumes et les fruits.

Quelle est votre actualité ?
Passionné de gâteaux, je vais proposer une vitrine pâtissière. Sinon, je travaille beaucoup avec les enfants, donc je compte proposer des ateliers en pâtisserie, ici au Café Mary.

Propositions gourmandes par Chef Rajoha du Café Mary

Pizza aux fruits de mer
Agneau tikka massala
Yakitori zébu-fromage
Clafoutis à la mangue, ananas caramélisé et coulis de fraises

Recettes du mois

Teriyaki chicken

Ingrédients
Blanc de poulet
Brocoli
Riz blanc
Graines de sésame torréfiées
Sauce teriyaki

Mode de préparation

Découper en morceaux le blanc de poulet et les saler légèrement.
Les saisir dans une poêle et à mi-cuisson, y verser la sauce.
Compléter la cuisson en évitant de sécher la sauce.
Ensuite, faire cuire le riz blanc ainsi que le brocoli.
Mettre le riz dans un bol, verser dessus le poulet et y disposer le brocoli.
Parsemer de graines de sésame torréfiées.
À servir bien chaud avec une petite salade de choux crus.

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir