Ashiko Ratovo : Artiste touche-à-tout
3 février 2023 // Arts Plastiques // 93 vues // Nc : 156 - 157

A 24 ans, Ashiko Ratovo, celle qui a réalisé la couverture de ce no comment® du mois de février, est une touche-à-tout. Elle évolue à la fois dans la sculpture, la broderie et la peinture. D’ailleurs, c’est une des premières artistes malgaches à avoir créé sa propre marque de peinture, plus particulièrement, de l’aquarelle, qu’elle a baptisée Lokorano (Couleur de l’eau).

Comment est venue l’idée de créer Lokorano ?

J’ai une passion pour la peinture notamment l’aquarelle. Je voulais des aquarelles fait maison depuis toujours puisque c’est un matériel qui coûte très cher et être artiste à Madagascar n’est pas facile. Je voulais aussi offrir une alternative aux artistes malgaches et leur permettre de consommer local. Cela me permet également de créer mes propres couleurs que je ne retrouve pas forcément dans les palettes importées. Lokorano (couleur de l’eau), c’est une peinture à base de pigments de terre recueillis à Antananarivo Atsimondrano avec un liant fabriqué avec le miel d’Ambositra. Pour les couleurs plus vives, j’importe de la poudre de mica. Pour réaliser cette peinture, je crée mon liant, j’ajoute le pigment à part égal et je mets tout dans un mortier.

Ensuite, je travaille la pâte pendant 30 ou 40 minutes dans un godet grâce à une spatule ou un couteau. Je les laisse sécher deux ou trois jours, ensuite je rajoute une autre couche et je laisse sécher pendant une semaine. Pour une palette de six couleurs, il me faut une semaine et demie. Tout est fait à la main, que ce soit le packaging, la palette en argile, les pochons…

lokorano - Palette IVY et IMA.
Sandrify - Ny Vohitrin’ny Nofy, 35x35, lamba landy, argile, acrylique blanc.

Tes débuts dans la peinture ?

Je dessine depuis 2015 en autodidacte. Je crée intuitivement en combinant multiples techniques et matières pour offrir ma propre vision du monde. Cette passion pour le monde de l’art vient de mon arrière-grand-père le célèbre peintre-sculpteur, Georges Razanamaniraka. J’aime à éveiller  les sentiments et les émotions des spectateurs à travers mes œuvres et mes textes. Mais je suis entrée dans le monde professionnel depuis près d’un an. Grâce à la Fondation H à travers leur appel à candidature d’art contemporain, PARITANA. Ensuite, j’ai suivi la formation Ainga toujours initiée par la Fondation H destinée à une vingtaine d’artistes de l’océan Indien. J’ai d’ailleurs réalisé une fresque murale dans leur espace de vie commune au sein des locaux du groupe AXIAN. Elle s’intitule Feo exposée sur 15 m ² composée de sculpture en plâtre et de peinture acrylique. Feo représente la voix intérieure qui se trouve être le moteur de toutes nos idées, de notre créativité et de notre identité.

Jupiter (2021) 120x80, gold leaf, pierre noire, graphite 6b, acrylique, mixtion.
Famihy - Vohitrin’ny Nofy  (2022) 110x70, modeling paste, acrylique , pastels secs , fixatif.

Egalement, une première exposition personnelle ?

Oui, c’était en octobre 2022 intitulée « Ny Vohitrin’ny Nofy » ou Les reliefs des songes. Le projet d’exposition a été initié par Art’Home à Ankadilalana pour promouvoir les artistes de la scène malgache. Les tableaux étaient répartis en 5 séries différentes en représentation des rêves récurrents comme les rêves créatifs (Hary), cauchemardesques (Famihy), érotiques (Tsimoka), lucides (Hazoambo) et prémonitoires (Vovoka). L’une des particularités de cette exposition est la série d’œuvre Tsimoka (rêves érotiques), où l’ode à la gente féminine est représentée par trois tableaux à l’aspect des plus provocateurs des mœurs malgaches. Ce choix a été inspiré par l’envie de mettre fin au tabou et à l’hypersexualisation du corps de la femme dans notre culture. Chaque pièce est unique de par sa technique, en passant par l’acrylique jusqu’à la sculpture ou par le style du tableau entre l’abstrait et le figuratif. Il y a en tout 11 tableaux et une série de 3 pièces, et une de 2 pièces inséparables. 

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir