Zà Bibikely : Pour la survie des insectes
24 juillet 2023 // Nature // 84 vues // Nc : 162

Madagascar est un hotspot de la biodiversité avec huit espèces animales et végétales sur dix y sont endémiques. Pourtant, la déforestation les condamne à une extinction de masse. Face à l’urgence de la situation, l’ONG Zà Bibikely a mis en place un insectarium à Havoana Land Imerinkasinina en mai dernier. Un partenariat avec le département d’entomologie de l’Université d’Antananarivo et la faculté de Gembloux Agro-Bio Tech de l'Université de Liège qui a fait sortir de terre un espace de 550 m2 dédié aux insectes.

C’est le royaume des insectes, tout aussi insolites les uns que les autres : charançon girafe ou de son nom scientifique Trachelophorus giraffa est un type de coléoptère découvert en 2018, le papillon à tête de mort, voire des espèces pas encore nommées. L’insectarium Zà Bibikely, c’est d’abord un écosystème en miniature, comme l’explique un des étudiants en entomologie qui travaillent sur place. « Le plus difficile, c’est de reproduire les conditions naturelles dans lesquelles ces espèces ont vécu avant d’être préservées ici. En effet, certaines espèces ne se reproduisent que sur un arbre en particulier, avec des niveaux d’acidité, d’humidité et de température précis. Leur mode de vie est chamboulé dès qu’un paramètre fait défaut. » De ce fait, on se croirait presque dans une forêt humide de l’est de Madagascar : des érables prélevés depuis la zone sur les feuilles desquelles les papillons peuvent s’accoupler, des fruits en décomposition pour nourrir les phasmes, et même une reproduction de fourmilière.

reproduction de fourmilière
Fruit en décomposition pour nourrir les insectes
Accouplement de phasmes.

Un dosage millimétrique que les entomologistes expliquent par la fragilité des insectes. « Les conditions optimales que nous reproduisons ici n’existent plus dans la nature, ce sont surtout les papillons qui sont les plus vulnérables, ils ne s’accouplent plus dès qu’il y a de la fumée. C’est pour éviter les extinctions que nous amenons les insectes ici, et leur permettre de se reproduire pour sauver l’espèce. » Témoin de cette vocation, le laboratoire équipé pour les étudiants et affilié à l’insectarium semble tout droit sorti d’un film de science-fiction : des cocons de papillons comètes qui pendent dans un incubateur, des vitrines qui affichent une collection d’insectes rares et qu’on ne verrait autrement que sur des cartes postales.

Mais Zà Bibikely, c’est aussi de l’éducation. Les responsables RSE de Havoana Land et le département d’entomologie de l’Université d’Antananarivo l’ont très vite compris : à part la dégradation de l’environnement, les insectes sont aussi menacés par des perceptions culturelles et pour des raisons économiques. « Aux alentours d’Ambatondrazaka, l’Argema mittrei ou papillon comète est considéré comme un porte-malheur en raison du motif qui ressemble à un crâne sur ses ailes, d’où ce papillon endémique est chassé. Dans d’autres régions, il y a des familles qui vivent exclusivement en vendant des espèces pourtant menacées d’extinction », constate une étudiante suite aux descentes sur terrain.

Pour sensibiliser les jeunes générations, l’insectarium accueille des établissements scolaires pour des visites guidées, mais aussi des associations. Evitant les messages négatifs, Zà Bibikely interpelle grâce à la beauté des insectes, le personnel prévoit de lâcher des milliers de papillon en même temps une fois les cocons éclos, un spectacle ouvert au public qui promet d’être riche en couleurs. Même si le projet Zà Bibikely vient à peine de germer, il attire déjà des investisseurs, l’insectarium n’est qu’au début de son envol.

Propos recueillis par  Mpihary Razafindrabezandrina

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir