Tiahy Pross : Le pro du Ngoloy
10 février 2024 // Musique // 148 vues // Nc : 169

Dans le rythme envoûtant du « ngoloy », Tiahy Pross, originaire du Sud de la Grande Île, fait bien plus que chanter. Accompagné de ses talentueux musiciens, il transforme la scène en une symphonie vibrante et nous transporte au cœur de la musique traditionnelle. Prospère de son vrai nom, cet artiste crée une expérience musicale qui résonne bien au-delà des limites de la scène avec son groupe Tiahy.

Le ngoloy, l’ancien Beko ?
Notre style, c’est une fusion « ngoloy », du très ancien style « Beko ». « Ngoloy » signifie demander, supplier (mihanta ou miangola).
Il exprime l’espoir même lorsque les épreuves sont difficiles, le lendemain se lèvera toujours, que la pluie tombera toujours et que les graines germeront. J’ai baigné dans la musique depuis mon enfance, j’ai ensuite appris à jouer de la guitare en observant et en apprenant auprès de mes aînés, et puis chantant avec différents groupes avant de prendre le nom de Tiahy Pross en 2018. D’ailleurs, j’ai eu l’occasion de me produire sur scène, y compris à l’étranger. Mais pendant le confinement, j’ai pris le tempsde réfléchir sérieusement à lancer une carrière musicale.

D’où la formation du groupe Tiahy ?
En décembre 2023, le groupe Tiahy a été formé, composé d’un bassiste, de deux guitaristes et d’un batteur, portant tous le nom de Tiahy : Tiahy Olivier, Tiahy Monja, Tiahy Christophe, et moi, Tiahy Pross.
En effet, Tiahy signifie « En souvenir de ». Nous nous connaissons depuis longtemps, et une harmonie particulière règne entre nous.

En général, le public est assez ébloui lors de nos prestations. Beaucoup ne s’attendent pas à une performance aussi enflammée sur scène. À vrai dire, nos chansons traitent des réalités du Sud de Madagascar, exprimées dans la langue d’Androy. C’est un moyen pour nous de raconter ce qui se passe dans notre région. Et puis, on collabore ensemble pour l’écriture des chansons.

Quels défis le groupe rencontre-t-il ?
Nous faisons face au défi majeur d’être encore méconnus du grand public. Chaque membre du groupe s’efforce de donner le meilleur de lui-même, en consacrant du temps aux répétitions malgré nos emplois à temps plein, nos horaires chargés et nos responsabilités familiales. De plus, en tant que groupe indépendant sans manager, tout dépend de notre budget, et il est difficile pour nous de trouver des lieux où nous pouvons nous produire. La recherche d’opportunités s’avère rude mais la passion pour la musique nous pousse à persévérer.

Quels sont vos projets actuels ?
En raison de notre relatif anonymat, nous continuons à enchaîner les répétitions pour peaufiner notre son et notre performance. Nous avons également pour ambition de sortir notre tout premier album, et nous nous préparons activement pour notre participation à un festival à Tuléar. Nous souhaitons offrir au public un véritable aperçu de notre style et de notre identité musicale. Pour réaliser cela, l’objectif est de fouler différentes scènes malgaches pour partager notre musique et accroître la visibilité. Espérant que cette année marquera le début d’une aventure musicale prometteuse pour le groupe Tiahy.

Propos recueillis par Cédric Ramandiamanana

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir