Sora-Be : patrimoine pour la postérité
19 juin 2023 - Grand AngleNo Comment   //   506 Views   //   N°: 161

Sora = lettre, Be = grand

Vohipeno, situé sur la partie sud-est de la région Fitovinany, en hiver est le meilleur endroit au monde. Les litchis sont partout où leurs racines se détachent du sol érodé et forcent le passant à lever les yeux et à admirer les luxuriants fruits rouges. Entre un litchi chargé et le rivage de la rivière Matitanana sur un plancher de mezzanine d’une maison en bois minable, j’ai rencontré Abdul Kareem (42ans). Dans ses mains, un manuscrit qu’il avait hérité de son frère, écrit dans une langue étrange qui ressemble à l’arabe – le Sora-Be.

1. Les scripts Sora-Be sont uniques, le papier provient de l’écorce de l’arbre Havoha, l’encre de l’arbre Harandranto et la couverture de la peau de zébu.

2. Des marchands qui traversant la rivière Matitanana sur le chemin du marché de Voasary.

Madinato : la ville de
Skar : nom d’un dirigeant vazimba
Vazimba : autochtones de Madagascar
Antalaotra : gens de la mer

« Madinato Skar était le nom original de Madagascar » me dit Abdul Kareem. « Les Arabes lui avaient donné ce nom à son arrivée et à sa rencontre avec le Vazimba en l’honneur d’un de leurs dirigeants ». Ici, dans le village de Voasary, il est le plus jeune de ceux qui possèdent des manuscrits de Sora-Be. Jusqu’à présent, il n’est pas timide face à la caméra et semble être heureux de partager des histoires qu’il a été raconté en grandissant. Il continue en expliquant les origines de la tribu Antemoro dans la vallée de Matitanana, « les Antalaotra ou Taranaky étaient d’origine arabe, les Anteoune étaient d’origine africaine et les Ambanabaka étaient les Vazimba ».

3. Un pêcheur sur la rivière Matitanana.

4. Le chemin vers Voasary à travers la brume matinale.

Tout ce qu’il savait de ses ancêtres avait été transmis de son frère depuis que son père est mort alors qu’il n’avait que 10 ans; son frère est mort avant de l’éduquer pleinement sur les manuscrits. Ses histoires sont nombreuses, elles se mêlent aux vapeurs humides de la rivière et invitent le soleil à se coucher plus vite. Notre séance s’est terminée par une promesse de me présenter à d’autres personnes qui ont des scénarios similaires lors de ma prochaine visite.

5. La rue principale de Voasary avec le palais d’un roi en haut à gauche.

6. Lire et copier le texte est possible, mais la compréhension et l’interprétation sont perdues.

L’histoire des premiers colons arabes qui ont amené le Sorabe à Madagascar est enveloppé de mystère et de légende, comme on sait peu de choses sur les débuts de l’écriture. Selon certains témoignages, les premiers commerçants et érudits musulmans sont arrivés à Madagascar dès le XIIe siècle et ont établi des liens commerciaux avec la population locale. Les scénarios représentent un chapitre important de l’histoire du pays et fournissent des informations précieuses sur les échanges historiques, culturels et religieux qui ont eu lieu entre Madagascar et le monde islamique. Le texte est censé fournir un aperçu sur le rôle des commerçants et des érudits arabes et persans, sur la traite transocéanique des esclaves, sur l’histoire politique du pays et sur la vie quotidienne de ses peuples, coutumes, croyances, traditions, observations astrologiques, même la poésie et les chansons d’amour. De plus, le Sora-Be offre une perspective unique sur l’évolution du langage malgache – vocabulaire, syntaxe et grammaire.

7. Abdul Kareem est ombiasy de profession. Un client attend pendant qu’il termine sa prescription.

8. Avec les haut-parleurs vient une excitation contagieuse, les enfants d’abord.

Ombiasy : praticien traditionnel
Tsihy : tapis artisanal en feuilles de sisal ou de raphia
Katibo : Sora-Be écrivain et garde des manuscrits

Le lendemain, j’ai emménagé dans la maison d’Abdul Kareem puisqu’ils m’avaient proposé de partager leur chambre en mezzanine. C’est sur un tsihy sous un toit en feuilles perforées, à un mètre du lit familial, entre la télévision et l’escalier que j’ai trouvé refuge. Il est ombiasy de profession et son épouse Neena (29 ans) gère une épicerie mal approvisionnée en bas. La famille de cinq partage un lit. Abdul Kareem espère un jour transmettre ce qu’il sait du Sora-Be à un fils, malheureusement, aucun de ses enfants (trois filles) ne sont éligibles pour apprendre le script. La connaissance du texte et de leur contenu est considérée comme sacrée et est censée être utilisée pour des pouvoirs surnaturels pour maîtriser les éléments. Normalement, il ne serait pas prononcé à des étrangers (sauf exceptions), ni aux femmes (considérées comme impures) ni à quiconque n’a pas été donné l’initiation par un Katibo. Traditionnellement, les scripts sont transmis de l’enseignant à l’élève, pour l’ombiasy cependant, il est hérité de père en fils ou du frère.

9. Hiady Omby – Les combats de zébus sont courants à Vohipeno, ils sont une grande source de fierté pour le propriétaire, la famille et parfois le village du vainqueur, déterminés par la réputation du perdant.

10. Une religieuse portant des fleurs pour le temple, le christianisme est un héritage du colonialisme français sur Madagascar.

Onzatsy : ancien malgache
Sora Potsy : lettre blanche
Kalamo Tetsitetsy : l’étymologie est en arabe alors que la syntaxe des phrases est en malgache

Les scripts utilisent des caractères arabes adaptés à la langue malgache avec certaines particularités et sont en fait écrits en trois langues différentes – malgache (onzatsy), arabe (sora potsy) et Pidgin (kalamo tetsitetsy). Étant moi-même arabophone, je suis capable de distinguer quelques mots de chaque page, mais les écarts entre les mots compris sont trop grands pour expliquer le contexte. Abdul Kareem était excité de me montrer l’alphabet et la prononciation et les sons correspondants, il ne parle pas couramment tout en lisant des phrases à haute voix. Sa fille aînée, Ortonsia (12 ans), regardait de temps en temps et timidement ce qui est écrit sur les nouveaux papiers A4. Quand on lui a demandé si elle voulait apprendre la Sora-Be, elle a nié puisque « aucun de mes amis à l’école ne le sait » m’a-t-elle dit.

11. Abdul Kareem espère un jour transmettre ce qu’il sait du Sora-Be à un fils, malheureusement aucun de ses enfants (trois filles) ne peut apprendre le script.

12. Abdul Kareem pose pour son portrait.

Havoha : guidia danguyana leandri. famille des Thyméléacées
Harandranto : intsia bijuga (colebr) O. Kuntze familles des Caesalpinioideae
Soza : Étudiante de Sora-Be

Les manuscrits de Sora-Be sont uniques, le papier est de l’écorce de l’arbre de Havoha, l’encre du bois de l’arbre de Harandranto et la couverture de la peau de zébu. Fidèle à sa parole, Abdul Kareem me montrait plus de textes et me prenait pour des promenades autour de Voasary et finalement m’a présenté aux membres restants de la tribu qui possèdent des manuscrits ici (trois autres).

13. Le texte de Sora-Be utilise des caractères arabes adaptés à la langue malgache avec quelques particularités et est écrit en trois langues différentes – malgache, arabe et pidgin.

Après plusieurs essais, j’ai finalement rencontré le katibo – Mr Tsylavine (80 ans). C’est une figure maigre et robuste aux yeux profonds, il a lui-même été initié par un katibo au cours de sa 3e décennie et prétend savoir lire, écrire et interpréter le texte de Sora-Be. «Très peu de membres de notre tribu sont intéressés à apprendre le Sora-Be et ses significations» me dit Tsylavine. «J’ai un soza, c’est un pêcheur avec une grande famille et il est souvent trop occupé pour apprendre». Je lui demande de me montrer ses manuscrits mais il refuse.

14. M. Tsylavine, le Katibo, pose pour son portrait mais refuse de me montrer les manuscrits de Sora-Be.

Quand j’ai rencontré Abdul Kareem un mois plus tard, j’ai senti un changement dans son comportement, et sa sœur était présente tout au long de notre entretien. « Être propriétaire des manuscrits de Sora-Be en marginalise un, que ce soit avec les mêmes tribus, les autres tribus ou même la famille », me dit-il. Partout à Madagascar, on raconte que le texte est diabolique et que l’alphabet est de la magie noire, ce qui l’a découragé ; ici, à Vohipeno, il a une mauvaise réputation, même parmi les musulmans.

La marginalisation des Sora-Be avait commencé avec les Portugais au 16è siècle qui ont joué un rôle important dans la désorganisation du réseau musulman. Les autorités coloniales françaises voyaient l’utilisation de Sora-Be comme une menace potentielle pour leur projet colonial, car elle était associée à la résistance à la domination coloniale dans certaines régions. Les gouvernements malgaches depuis l’Indépendance ont peu prêté attention au Sora-Be et ne le reconnaissent toujours pas officiellement.

Ma dernière entrevue avec Abdul Kareem a été une expérience qui a fait réfléchir. Il attend que sa sœur quitte la pièce pour me dire que même si lui et d’autres ont des scripts de Sora-Be et peuvent les lire et les copier, la compréhension et l’interprétation sont perdues, « les scripts de nos jours sont comme une voiture qui roule parfaitement sans volant » me dit-il avec un sourire triste. « Si quelque chose est important, nous l’écrivons. Pourtant 85% des systèmes d’écriture du monde sont sur le point de disparaître – pas de statut officiel accordé, pas enseignés dans les écoles, découragés et rejetés.

15. N/A

Quand une culture est forcée d’abandonner son écriture traditionnelle, tout ce qu’elle a écrit depuis des centaines d’annéestextes sacrés, poèmes, correspondance personnelle, documents juridi-ques, expérience collective, sagesse et identité d’un peuple – est perdu. » endangeredalphapets.net

La peur des mots est la peur de l’éducation, un doute dans la connaissance ancestrale et une barrière pour la croissance future, le Sora-Be est en train de disparaître – un patrimoine des plus précieux pour la postérité– il faut le sauver !

Texte et photos : #HaddadToni

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]