Sandrine Ramamonjisoa : Quand le jazz rencontre le hip hop
10 juillet 2023 // Musique // 168 vues // Nc : 162

Résidente en Allemagne, Sandrine Ramamonjisoa, née d’une mère allemande et d’un père malgache, a créé son band, Appaloosa. Leur signature ? Rythmes effervescents, jeu expérimental, synergie et improvisation.

Tes débuts dans la musique ?
J’ai commencé à jouer au piano quand j’avais 6 ans. Mais je voulais essayer d’autres instruments, donc, j’ai commencé à apprendre le saxophone à 11 ans.

Cela fait maintenant 14 ans que j’en joue. Dans ma famille, mon frère est également musicien. Par contre, mon père nous accompagne juste à la guitare et au chant, mais sans être professionnel. Actuellement, je suis au Conservatoire en quatrième année.

Appaloosa, un groupe mélangeant jazz et hip hop ?
Nous avons créé le groupe il y a deux ans. Nous nous sommes connus au Conservatoire. Appaloosa, c’est le nom d’une race de cheval originaire des Etats-Unis. La formation est composée de Pual Laga, le Vibraphoniste, Bertram Liebmann, le pianiste, Natasha Zaychenko, la bassiste, Nikolas Siess, le batteur et moi-même. Nous jouons mes compositions qui sont influencées par le hip hop, mélangées à la musique malgache et au jazz contemporain. J’aime cette idée de fusion qui emmène à une ouverture. Je suis toujours en quête d’expérimentation, de groove, de synergie et d’énergie.

Les projets ?
Nous avons déjà sorti notre premier EP, nous pensons à la sortie d’un album et nous ferons bien sûr quelques concerts. Sinon, au début de l’année, j’étais à Madagascar pour accompagner mon cousin Lova Mpagnesa pour la sortie de son album à l’IFM à Analakely. Donc, je pense qu’un retour à  Mada sera prévu.

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

Lire

23 juillet 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse 2024

La deuxième édition du festival de tatouage Havatse s’est déroulée les 13 et 14 juillet à La Teinturerie Ampasanimalo. Une deuxième édition organisée...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir